Secondaire à Yverdon

J'ai débarqué à Yverdon en été 1966, en pleine année scolaire puisqu'on débutait alors à Pâques. Mon arrivée a été remarquée car j'avais eu, durant l'été, un accident idiot à vélo et je portais encore, à fin août, des croûtes sur la joue et le front à la suite de cette chute !
En arrivant, et même si je savais que le collège d'Yverdon avait la réputation d'être une bonne école, j'avais le sentiment d'une certaine supériorité. J'arrivais de la ville, et je me suis rendu compte que j'avais pas mal d'avance au programme, en particulier en latin. Pour le reste, mes branches faibles qu'étaient l'allemand et les maths en particulier, cela ne m'aurait avancé en rien vu mon manque de bases solides !
Ce qui m'a le plus impressionné, c'était la manière dont mon avance en latin a été avalée par la classe du professeur Vernaud. En quelques semaines, le "de bello gallico" a été parcouru avec une méthode ahurissante et qui m'a vite convaincu. Le prof donnait le sens des mots difficiles pour toute une page, et ensuite c'était la compétition entre tous les élèves pour pouvoir traduire les phrases au fur et à mesure. On demandait la parole en levant la main et M. Vernaud donnait la parole successivement aux uns et aux autres. Les élèves les plus faibles se concentraient sur les phrases de la fin de la page, ce qui leur donnait un peu plus de temps pour se préparer et lever la main.
Avec ce système, on ne faisait pas de la littérature latine, mais on apprenait à pénétrer un texte d'une manière impressionnante. C'est là que le latin est devenu pour moi un jeu d'intelligence, comme un mot croisé ou un jeu d'échec. On cherche à vaincre la difficulté mise par l'auteur, à dénicher les traces qui permettent d'interpréter le sens des mots en usant des terminaisons, etc.
Cette méthode m'a donné un grand plaisir à faire du latin, et cela m'a aidé de manière déterminante pour la suite de mes études au gymnase. En effet, comme j'étais devenu un grand expert en latin, j'ai pu sans état d'âme laisser de côté mes branches faibles, rassuré de pouvoir les compenser grâce au latin, au français et aux autres branches secondaires comme géographie, histoire, sciences. Il faut dire qu'à l'époque personne n'avait encore eu l'idée saugrenue d'introduire la double compensation, qui fabrique si bien des élèves moyens partout.

Powered by quicksite v 3.9.9j  © 2002-2019 All rights reserved
Logo

Accueil Famille

No Keywords