Résultats

Second tour du Conseil d'Etat , 1er avril 2012

On s'est rendu compte très rapidement que les choses étaient classées. Vu la simplicité du résultat, on savait dès midi et demi que les trois candidates de gauche l'avaient emporté. La seule chose qui pouvait nous crisper un peu, c'était le scole d'Anne-Catherine Lyon, qui a été touchée semble-t-il plus fortement par la cabale de SUD que lors du 1er tour. En ce qui concerne Nuria Gorrite, dont j'avais été surpris lors du tour précédent qu'elle n'ait pas été mieux classées alors que je l'attendais tout près de la majorité absolue, elle a cette fois pleinement atteint les objectifs que je m'étais imaginés.

Le classement est donc le suivant: 1. Nuria Gorrite, 74'438 suffrages, 53,08%; 2. Béatrice Métraux, 73'325 suffrages, 52,29%; 3. Anne-Catherine Lyon, 70'165 suffrages, 50,04%. Les trois ont donc dépassé la majorité absolue. Derrière, Claude-Alain Voiblet, de l'UDC, obtient 62'480 suffrages (44,56 %) et Emmanuel Gétaz, Vaud Libre, 12'485 suffrages (8,90%).


Canton Suffrages obtenus sur des bulletins Total
Les Verts Vaud Libre Libéraux PSV UDC Radicaux Sans dénomination
Non modifiés Modifiés Non modifiés Modifiés Non modifiés Modifiés Non modifiés Modifiés Non modifiés Modifiés Non modifiés Modifiés
Nb bulletins 20'684 2'776 2'685 728 13'919 1'442 38'818 3'324 22'955 1'449 13'310 1'463 15'587 139'140
GORRITE 20'684 1'988 331 458 38'818 2'518 469 529 8'643 74'438
LYON 20'684 640 224 482 38'818 1'449 501 629 6'738 70'165
MÉTRAUX 20'684 2'389 316 399 38'818 1'988 388 429 7'914 73'325
VOIBLET 266 234 13'919 1'304 376 22'955 1'393 13'310 1'315 7'408 62'480
GÉTAZ 760 2'685 698 666 669 652 528 5'827 12'485

Dans le tableau récapitulatif ci-dessus, j'ai mis en couleur deux cases qui sont intéressantes. Il y a tout d'abord les 640 suffrages seulement qui ont été donnés à AC. Lyon par les électeurs verts qui ont fait une liste modifiée. soit 23% seulement. Toujours chez ces Verts, je constate qu'ils n'ont pas tous soutenu B. Métraux puisque près de 400 d'entre eux ne l'ont pas mise sur leur liste modifiée !
Dans la même ligne, je constate que 56 électeurs UDC ont mis une liste modifiée de leur parti sans CA. Voiblet ! Par contre, les alliés PLR ont très bien joué le jeu puisque les radicaux ont été 89,9% à mettre une liste modifiée portant le nom de Voiblet et les libéraux 90,4%.

Au niveau cantonal, la participation a été de 37%.

District Riviera - Pays d'Enhaut

Dans le district, c'est - curieusement - Béatrice Métraux (7'873 suffrages, 52,41%) qui termine en tête. Cela s'explique certainement par le fait qu'elle a déjà acquis une certaine notoriété vu sa campagne de l'automne passé, où elle avait été la candidate unique de toute la gauche. Comme indiqué plus haut, AC. Lyon (7'426 suffrages, 49,43%) a été sanctionnée par les enseignants et N. Gorrite (7'796 suffrages, 51,89) n'est pas aussi connue sur la Riviera que sur la Côte.

Le plus intéressant est la force respective des partis dans le district, en tenant compte que le Pays d'Enhaut est un fief PLR et surtout UDC dans le cas présent. Mais comme il n'y a que 2'200 votants environ, ils n'influencent guère les pourcentages globaux. En prenant tous les suffrages exprimés, les partis se classent comme suit: Socialistes 29,57%, Verts 17,33%, UDC 14,90%, Libéraux 12,53%, Radicaux 11,06%, Vaud Libre 4,34%.


Commune de Vevey

A Vevey même, la participation s'est élevée à 31,77% après un démarrage très lent. Sur les 8'520 électeurs, 2'707 se sont exprimés, et il y a eu 29 bulletins nuls et 22 blancs. C'est également B. Métraux qui l'emporte, avec 1'655 suffrages (61,80%), devant N. Gorite (1'613, 60,23%) et AC. Lyon (1'577, 58,89%). Derrière, CA. Voiblet fait 903 suffrages (33,72%) et Emmanuel Gétaz 311 suffrages (11,61%). La gauche est donc très largement dominatrice, à plus de 60% avec sa triple liste.

En ce qui concerne la force des partis, on peut bien la déterminer du fait qu'il y a eu moins de liste modifiées (16,15%) et sans indication de parti que lors du premier tour. Sur les 2'227 listes compactes, il y en avait 885 (39,73%) du PS, 525 (23,57%) des Verts, 330 (14,81%) de l'UDC, 290 (13,02%) des Radicaux, 98 (4,40%) des Libéraux et 99 (4,40%) de Vaud Libre. On constate qu'il y a donc plus de votants fidèles VL à Vevey que de Libéraux ! A cela s'ajoutent 233 listes sans indication de parti.

Si l'on prend les pourcentages des bulletins de vote, la gauche l'emporte avec plus de 6 0% des listes compactes et modifiées: PS 38,71% et Verts 23,98%. Il y a également 5,28% de listes VL, si bien que la droite et le centre-droite ne font de fait qu'à peine plus de 30% des votes: UDC 14,40%, Radicaux 12,96% et Libéraux 4,66%.

Même en tenant compte qu'il y a eu 8,7% de listes sans dénomination de parti, les forces en présence à Vevey telles qu'elles se sont exprimées sont bien de 2/3 pour la gauche et le reste pour les autres tendances. C'est, pour ma part, ma principale satisfaction de ce second tour.




 Premier tour du Conseil d'Etat et élection du Grand Conseil, 11 mars 2012

Je me trouve un peu en désaccord avec l'appréciation optimiste du PSV, à tout les niveaux de l'analyse. A Vevey, dans le district et pour le canton, les résultats sont à chaque fois en retrait de ce que j'espérais et qui aurait été dans la continuité des élections fédérales. Il est vrai que le second tour du Conseil d'Etat devrait déboucher sur ce que nous considérions comme le minimum des facteurs de victoire, à savoir une majorité PS-Verts. Mais, sans tirer des plans sur la comète, je ne peux pas m'empêcher de regarder d'abord les résultats du 11 mars.

Canton



Ayant constaté une certaine euphorie des membres de quelques sections à la lecture de leurs résultats, je me dis qu'ils n'arrivent pas à comprendre que les sièges PS n'ont aucune utilité s'ils s'inscrivent dans une entité qui, au total, diminue en nombre en raison de la baisse des Verts.  Il ne s'agit pas d'être compatissant avec nos alliés, mais de considérer qu'ils font partie intrinsèque de notre résultat.

L'analyse complète n'a guère été possible que durant la journée de lundi. Et je me suis rendu compte que le bilan cru des chiffres ne donnait pas la Gauche victorieuse.
Au Grand Conseil, le décompte purement factuel indique que la Droite, globalement, campe sur ses 74 sièges, que la Gauche en perd 3 à 64 (PS+3, Verts-5 et Gauche-1) et que le Centre remporte ces 3 sièges, plus particulièrement sa composante Verts libéraux.

District Riviera - Pays d'Enhaut
Le procès-verbal de l'élection pour l'ensemble du district est passionnant. Certains doivent se demander comment on peut se passionner pour une mécanique mettant en oeuvre la LEDP dans ses plus infimes subtilités, mais c'est vrai que moi, cela m'intéresse ! Pour ceux qui désirent s'en faire une idée, il est possible de télécharger ce procès-verbal ici (233 Ko).
Ce qui ressort de ces calculs, c'est que le district doit être considéré dans sa totalité dès le début des décomptes. Les partis de droite et de gauche ont constitué des apparentements et doivent être vus comme deux blocs sur l'ensemble, du fait que les partis PS, PLR et UDC ont, à l'interne, des apparentements entre leurs sections d'en haut et d'en bas.
Dans l'ordre, les 17 sièges sont d'abord répartis entre les trois composantes définitives (après éliminations des partis qui n'ont pas le quorum) qui peuvent prétendre à la répartition. Cela donne 9 pour la Droite, 7 pour la Gauche et 1 pour Vaud Libre (qui n'est pas présent au Pays d'Enhaut). Ensuite, la répartition se fait au sein des deux apparentements, ce qui donne à Droite 6 pour le PLR et 3 pour l'UDC et à Gauche 5 pour le PS et 2 pour les Verts.
Ensuite, on répartit pour chaque parti le nombre de sièges en haut et en bas. Pour le PLR, il y a 5 sièges en bas et 1 en haut. Pour l'UDC, les 3 sièges sont attribués au bas, et il en va de même pour les 5 sièges du PS et les 2 sièges des Verts. Au total, on a donc le résultat illégal de 16 sièges au bas et 1 siège au haut !
C'est là que les choses vraiment intéressantes commencent. Il y a un siège qui doit être transféré du bas au haut. Pour savoir quel parti doit faire ce passage, on calcule ce qui s'appelle le double quotient. C'est le rapport entre le coût en suffrages qui serait nécessaire pour l'octroi d'un siège supplémentaire à un parti d'en haut et le nombre de suffrages qui a été nécessaire pour l'octroi d'un siège en bas. Pour le PS, les chiffres sont respectivement de 400 et 731, ce qui donne un double quotient de 0,55; pour l'UDC, 285 et 631, soit 0,45; pour le PLR, 359 et 987, soit 0,36.
C'est donc le PS d'en bas qui cède un de ses sièges au haut, et naturellement que nous en sommes très heureux. Il n'a jamais été dans l'objectif du PS Riviera de gagner un siège au détriment du PS Pays d'Enhaut.
Pour ce qui est du risque de perdre le siège PS d'en haut, il aurait fallu pour cela que le double quotient d'un des deux autres partis soit supérieur à celui du PS. Cela signifie soit que le PS d'en haut aurait dû avoir moins de 329 ou celui d'en bas plus de 4450 suffrages pour que ce pourcentage tombe au 0,45 de l'UDC; ou bien que l'UDC d'en haut obtienne 348 suffrages ou celui d'en bas moins de 1548 pour arriver au 0,55 du PS; ou bien le PLR d'en haut 538 (1076 pour 2 sièges) et le PLR d'en bas moins de 3290. Et tout ceci sans préjuger de l'influence qu'une telle modification aurait sur les autres partis... 
Donc, aussi longtemps que le PS demeure le 2e parti du Pays d'Enhaut et ne devient pas un parti hyper-dominant (près de 50%) en bas, le siège socialiste au Pays d'Enhaut est donc garanti. La mauvaise humeur de la Droite d'en haut au terme de l'attribution des sièges n'avait donc aucune raison de s'exprimer à l'encontre de notre camarade Philippe Randin, puisque cette répartition préserve en réalité le fait que le Pays d'Enhaut se voit garantir deux sièges alors que la simple traduction des forces en présence ne devrait lui en octroyer qu'un seul.

Sous-arrondissement de Vevey
La situation sur la Riviera n'a pas changé par rapport à 2007, alors que nous avions un petit espoir de voir notre députation passer de 4 à 5 sièges. En fait, nous avons frôlé la perte d'un siège pour l'apparentement de gauche, en raison de l'évolution, au fil du dépouillement, des petits partis aux prises avec le quorum. Alors que nous espérions que La Gauche aurait le quorum et que ses voix viendraient renforcer notre alliance, il est apparu rapidement que le reste du district votait très peu pour ce parti. La question était donc de savoir si l'un des deux petits alliés de droite allait obtenir le quorum, ce qui aurait renforcé l'apparentement de droite. La quesiton a été assez rapidement réglée pour le PDC+Divers, qui avait pourtant le quorum à Vevey mais qui est tombé rapidement en-dessous de 5%. Le suspense a porté sur le PBD-Verts lib, qui n'avaient pas le quorum à Vevey mais se sont bien comportés dans les hauts du district et à La Tour. Par contre, l'arrivée des résultats de Montreux a mis fin à ce rêve de quorum, si bien que les deux apparentements se trouvaient également dépouillés de leurs petits alliés.
Les deux blocs en présence se sont donc répartis les sièges, avec 8 sièges à Droite, 6 à Gauche et 1 pour Vaud Libre. A Gauche, la répartition demeure identique, 4 PS et 2 Verts, alors qu'à Gauche l'UDC gagne un siège (3) face au PLR.
Au PS, Chr. Rithener ne se représentait pas et un siège devenait libre, qui est finalement pris par la Municipale de Vevey Annick Vuarnoz. Elle avait pris de l'avance après le dépouillement de Vevey mais a été talonnée par la Boélande Taraneh Aminian. Et, ce qui est une surprise, la dernière commune, Montreux, lui a donné un avantage sur sa voisine, la maintenant au 4e rang.
Pour les Verts, le Montreusien Walther est évincé au profit du Blonaysan Nicolet, qui s'était illustré l'an dernier dans le combat pour l'introduction de la proportionnelle à Blonay.
Au PLR, les sortants restent en place, compte tenu du fait que la 1e, la Conseillère de Quattro, laissera sa place à la Syndique de Veytaux Christine Chevalley. La perte d'un siège ne fait donc aucun déçu. Pour l'UDC, c'est la fête, avec trois Veveysans élus, la sortante F. Despot accompagnée d'un acharné des économies, W. Riesen, et d'un jeune technicien, B. Schobinger, qui sera le plus jeune élu du Grand Conseil de cette législature (1985).
La situation finale de Vaud Libre était attendu avec curiosité. L'arrivée de plusieurs partis du Centre faisait peser un risque certain sur le maintien du siège. De plus, la visibilité de E. Gétaz, lors de la complémentaire de l'automne dernier et dans le cadre de la campagne au Conseil d'Etat, était susceptible de mettre en danger le siège de J. Christen. A la grande surprise de la plupart des observateurs, Gétaz finit finalement à la 3e place de sa liste sur la Riviera. Il n'arrive même pas à remonter sur son colistier Christen lors de l'arrivée des résultats de Montreux, ne le précédant que de peu sur sa propre liste dans sa propre commune !

Commune de Vevey
Sur le plan technique, il y a tout d'abord un constat très étonnant quant à la participation. En ce qui concerne les enveloppes reçues, c'est-à-dire la participation globale, elle s'élevait à Vevey à 47,15%, ce qui est un assez bon chiffre. Mais on se rend compte que bon nombre d'électeurs sont venus pour les votations fédérales, en particulier pour celles sur les vacances et sur les résidences secondaires. En effet, lorsqu'on regarde le nombre d'électeurs qui se sont prononcés sur le Conseil d'Etat, on tombe à 38,41%, et même à 37,65% pour le Grand Conseil. L'élection semble donc une épreuve difficile à maîtriser, ou de moins d'importance, ce qui fait que près de 800 personnes à Vevey ont sciemment décidé de ne faire usage de leurs droits que pour les votations fédérales et pas pour les élections cantonales.
Lors des élections communales de mars 2011, le PS avait obtenu au Conseil communal 28 sièges sur 100. Quelques mois plus tard, lors des Fédérales, le PS Vevey était à 30%, son maximum depuis bien des années, et malgré la présence d'une multitude de partis du centre pour lesquels il n'y avait pas de quorum.
Lors de ces élections cantonales, le PS Vevey termine avec 28%, ce qui est un signe de stabilité mais ne confirme pas l'envol des Fédérales.
A Vevey, les alliés de gauche atteignent de justesse la majorité absolue, surtout en raison d'un résultat canon de La Gauche. Les pourcentages exacts des alliés de gauche sont les suivants: PS 28,69, Verts 13,72, Gauche 9,39. Cela donne un total de 51,80, soit une majorité sans avoir besoin de Vevey Libre. Cela, c'est la grande satisfaction de ce scrutin.
Pour sa part, la Droite et les partis apparentés obtiennent: PLR 19,44, UDC 11,66, PBD-Verts lib 4,38, PDC+Divers 5,50, soit 40,98%. Pour sa part, Vevey Libre est en forte régression avec 6,84%, alors qu'il avait obtenu aux Communales 12 sièges.
Les rapports de force bougent donc en faveur de la Gauche, mais cela n'a pas beaucoup d'impact sur le sous-arrondissement, ce qui se traduit en particulier par le fait que deux partis qui ont le quorum à Vevey ne l'ont pas sur la Riviera (PDC, La Gauche). La situation de La Gauche est particulièrement regrettable, puisqu'elle échoue pour le quorum alors qu'elle a près de 10% à Vevey.
Un événement non partisan est également à relever concernant la ville de Vevey dans l'ensemble de la Riviera. Il y a deux législatures, j'étais le seul Veveysan de la délégation Riviera, tous partis confondus. Lors de la dernière législature, nous étions trois (Ballif, Christen, Despot). Et cette fois, nous sommes six Veveysans: aux trois sortants se sont ajoutés deux UDC (Riesen, Schobinger) et une socialiste (Vuarnoz). Dans le même temps, Montreux est passée de cinq représentants à un seul (Wehrli). Cette double évolution peut s'expliquer de deux manières: soit Vevey dispose de plus de personnalités visibles dans tous les partis, soit (et cela peut être lié) c'est la diffusion télévisée des séances du Conseil de Vevey qui a donné une notoriété supplémentaires aux conseillers communaux veveysans.
En analyse de partis, on constate que, à l'UDC, les trois députés sont veveysans, ce qui semble être le signe que l'UDC veveysanne est particulièrement appréciée dans le district. Quant au PLR, qui n'avait trouvé que deux Veveysans pour figurer sur la liste, ceux-ci se retrouvent aux places 14 et 15, ce qui montre dans quelle estime les électeurs PLR tiennent la section PLR locale ! 
Pour ma part, je suis surpris de la cabale dont semble être victime Décosterd, qui termine dernier, étant déjà très mal classé même à Vevey.

Pour ce qui est du Conseil d'Etat, les électeurs veveysans ont été très clairs en mettant largement en tête, et même au-delà de la majorité, Maillard, Métraux, Lyon, suivis de Gorrite et, plus loin Broulis, de Quattro, Leuba. Voiblet est assez largement largué, 400 suffrages derrière Leuba.

Powered by quicksite v 3.9.9j  © 2002-2019 All rights reserved
Logo

Accueil Famille

No Keywords