Journal de campagne

Avril 2010 - 5 février 2011 (Comme mes rubriques sont limitées à 120 Kb, je continue ce Journal de campagne en page 2)

Samedi 5 février 2011
PAF a collé les affiches sur 2 caquolets, les plus grands. Nous pouvons donc les utiliser pour faire des virées en ville, ce qui est une bonne manière de mettre en action nos idées ! On en profite pour rendre une petite visite à notre "antenne" devant Saint-Antoine, vu que nous avions assez de monde au stand pour être présents à la fois ici et au marché. Il fait beau, le temps est doux, c'est agréable de faire campagne dans ces conditions.
J'ai fait un petit reportage photographique sur notre équipée à vélo. C'est un fichier pdf de 3,2 Mb à télécharger.

L'après-midi, nous avons une longue séance à trois, Annick, Pierre et moi, pour préparer la matière en vue du débat télévisé du mercredi suivant.

 

Vendredi 4 février 2011
Le journal Vigousse publie une page bien documentée sur le candidat PLR qui était autrefois le bras droit de Jean-Michel Cravanzola, le gourou qui avait créé une secte dans les années 70 dans les environs d'Yverdon. L'article met perfidement en avant l'influence de la manipulation mentale dans laquelle ont baigné tous les membres, y compris les deux filles du candidat actuel. Et il fait le lien avec le comportement cavalier de ces deux dames de nos jours envers le Cadratin, l'atelier-musée de l'imprimeur Dagon, qu'elle veulent absolument voir déguerpir des locaux qu'elles ont rachetés. Lors de l'achat, elles avaient juré qu'elles respecteraient le délai du bail fixé à 2020, mais elles ont montré qu'elles avaient bien appris les techniques de négociations enseignées à Essertines-sur-Yverdon... Résultat des courses: Dagon doit partir d'ici 2013, et nous sommes un bon nombre de supporters à nous être constitués en une association, les Vrais Amis du Cadratin.

Vendredi 4 février 2011
L'invasion par les panneaux du PLR suscite quelques remous. Le Greffe reçoit ainsi un mail mi-sérieux, mi-goguenard de la Communauté musulmane, qui constate que des panneaux de ce parti ont été installés sur le domaine privé, devant la mosquée. L'auteur du mail propose finement de mettre un espace similaire à la disposition de tous les partis, pour éviter de laisser entendre que la Communauté est en cheville avec le PLR ! Le mail est interprété comme n'étant pas une invitation à une telle ouverture, mais comme une plainte subtile contre l'envahissement de leur domaine privé.
Le Greffe envoie alors un mail à tous les partis leur rappelant que les panneaux sont admis sur le domaine public et que la Municipalité n'a pas compétence pour autoriser d'en poser sur le domaine privé. En outre, nous signalons que la floraison de panneaux sur-dimensionnés ne semble pas respecter l'esprit des dispositions autorisant les partis à poser des chevalets porte-affiches, et que la Municipalité refera, au terme de ces élections, une directive indiquant que l'autorisation est limitée au format F4.

Mercredi 2 février 2011
Le Régional
publie deux articles en relation avec le Conseil communal du 27 janvier et un article d'actualité sur Vevey. Leur contenu laisse peu de place à l'interprétation ! Tout d'abord, un article en couverture sur le mode ironique pour se moquer de la Municipalité: "Rasez les pins qu'on voie la gare" et à l'intérieur un article présentant favorablement l'avis des opposants.
Sur la matière du Conseil lui-même, un article disant que les commerçants ont remis une pétition contre la hausse des tarifs de la Grande Place, intitulé "Espoir pour les tarifs de la Place du Marché". Le titre montre soit que l'auteur ne connaît pas la matière (les tarifs sont de la compétence de la Municipalité), soit que le journal veut faire pression sur la Municipalité pour aller dans le sens des commerçants. Il n'y a naturellement aucun contre-avis de la Municipalité et les déclarations des commerçants sont relayées sans aucun sens critique. Comme c'est la présidente du GIVV qui a été interviewée, on comprend bien que c'est de la manipulation pure, mais la journaliste ne précise pas que celle-ci est la fille d'un candidat PLR à la Municipalité ! Et bien entendu qu'il n'est pas non plus précisé dans l'article que le Conseil a refusé d'étudier cette pétition et donc de la prendre éventuellement à son compte, ce qui fait que la Municipalité est donc parfaitement en accord avec la majorité du Conseil !
Quant à l'article sur le Conseil proprement dit, il évoque une "Pluie d'interpellations à Vevey !", ce qui est correct. Par contre, ce qui est étrange, c'est que le chapeau parle d'une "douzaine d'interpellations et de postulats", mais que l'article n'évoque que 4 de ces objets, à savoir: 1 postulat de l'UDC et 3 interpellations du PLR. Et, curieusement, on n'évoque pas les 7 autres objets, soit 1 postulats et 2 interpellations du PS, 1 postulat et 2 interpellations de Vevey-Libre, et 1 interpellation d'Alternatives. Tiens, c'est drôle, au fond on n'a pas évoqué les objets déposés par les partis constituant la majorité du Conseil et de la Municipalité. Mais c'est sûrement que l'UDC et le PLR ont déposé les objets les plus importants. Ce n'est pas un choix politiquement orienté, c'est simplement logique...

Mardi 1er février 2011
En rentrant du Grand Conseil, je me heurte à un mur d'affiches en arrivant en Bergère ! Le PLR a sorti la grosse artillerie et aligne, à plusieurs endroits de la ville, des séries de 3 voire 6 affiches F4. Ils n'ont pas voulu faire de l'affichage F12 à la SGA, mais ils sont encore plus envahissants. Cela crée même une sorte de malaise. Je ne suis pas persuadé que cette présence excessive leur sera bénéfique, les gens se sentent oppressés. En tout cas, on comprend mieux qu'ils n'aient pas mis de portrait de groupe sur leur affiche F4: ils veulent afficher les portraits individuellement. D'un autre côté, le message subliminal qu'ils transmettent aux électeurs, ce n'est pas "Elisez une équipe de trois pour vous représenter", mais "Choisissez parmi ces trois individus celui qui vous représentera". Cela tombe bien, c'est tout à fait notre avis !
D'une manière générale, la tonalité de la campagne PLR est très sombre, avec des portraits élégants mais plutôt tristes. On voit qu'un graphiste a mis sa patte, au détriment de l'enthousiasme.

Lundi 31 janvier 2011
Premier rendez-vous médiatique avec l'émission de La Télé diffusant les interviews des représentants des partis veveysans. Le résultat est édifiant et illustre la manière dont chaque formation a préparé cette élection.
Vevey Libre et UDC parlent aisément et connaissent les quelques points qu'ils ont décidé de présenter. Les Verts et Alternatives se font didactiques, surtout Gonthier qui veut tellement dire de choses qu'il manque son but. De plus, il paraît triste et peu enthousiaste.
Le PLR personnalise complètement son message, puisque les trois projets présentés sont annoncés comme étant ceux des candidats à la Municipalité et pas du parti (apparemment en tout cas).
Le PDC est absolument lamentable, avec bafouillage, mouvements de menton, mais pas une proposition et uniquement un appel à voter pour des candidats à peine nommés !
Pour le PS, Annick a été à l'aise et a fort justement fait le lien entre ce qui a été fait et ce qu'il reste à faire. En trente secondes, il n'est guère possible d'évoquer plus que les garderies et les logements. Comme tous les autres partis ont demandé des parkings et de la mobilité douce, pas besoin de redire ce que nous avons tenté de faire depuis 5 ans. N'oublions pas en effet que le PS a été le seul parti à soutenir le projet de parking souterrain tel qu'il avait été demandé par le Conseil communal en 2001 !

Samedi 29 janvier 2011
Comme on sait que la place sera rare devant la Grenette, on vient s'installer avant 8h30 déjà. On a eu fin nez, car il y a un stand de la Marche Blanche en plus, et Vevey Libre continue à squatter avec un double stand, le PDC avec un grand stand... Heureusement que le PLR n'arrive qu'après 9h, cela fait de la place à tout le monde !
A midi, je vais avec Sergio poser les derniers panneaux Mun qui attendaient encore. Le PLR a posé ses panneaux samedi aussi, et je dois dire qu'ils sont confondants... Trois photos isolées, chacun regardant dans une direction opposée, avec un fond bleu sale et un slogan plan-plan. On voit que ce n'est pas le même graphiste que celui qui a fait les affiches de la pré-campagne, qui était abscons: maintenant, ils ont enlevé le "abs". Au rond-point de la gare, ils ont mis 4 panneaux doubles autour du nôtre sur la pastille: 4 contre 1, le rapport de forces est équilibré !


Le PDC ne craint pas d'afficher ses candidats à la Municipalité. Sur le marché, il les offre même à la brocante, au marché aux puces, ce qui s'explique assez bien: les deux candidats sont en effet des "seconde main" puisque tous deux ont commencé leur carrière dans un autre parti...!

Vendredi 28 janvier 2011
Jeudi après-midi, j'ai déjà mis un panneau double sur le rond-point de la gare, où il est tout seul ! Je n'ai pas attendu deux jours de séchage, mais cela me démangeait. Vendredi après-midi, je pose une grande partie de ce qui est disponible avec Marcel. Au milieu de l'après-midi, je vais encore chercher les photos de candidats Mun chez le photographe.
Le soir, après une séance très sérieuse sur le Projet Agglo, je vais me détendre dans un nouveau folk-club qui s'installe au caveau Saint-Martin.

Jeudi 27 janvier 2011
Séance du Conseil communal, dans une ambiance électorale comme de bien entendu. Les partis ont sorti toute l'artillerie et il y a 12 interventions (interpellations et postulats). L'atmosphère est tendue surtout contre J. Christen, pour qui la candidature sauvage d'un dissident Vevey Libre risque de fragiliser la situation, et contre Annick, que le PLR cherche à faire passer pour une marionnette. Elle se défend bien, mais Bertschy a un coup bas très inélégant en laissant entendre que son postulat sur le "bon-formation" est destiné à donner du travail à son entreprise. Elle réagit trop gentiment.

Vevey Libre passe une assez mauvaise soirée. Tout d'abord, un postulat grandiloquent à propos de la liberté d'accès à l'information, déposé par F. Baud, est rejeté sans pouvoir passer en commission. Il faut dire que, maintenant que la Loi sur l'information fait jurisprudence, de telles déclarations sont du pur bla-bla. Ensuite, deux interpellations sont visiblement lancées sur l'impulsion de personnes très au courant des dossiers, l'une sur la remise à l'air libre de la Veveyse et l'autre sur une pseudo-crise financière à l'Alimentarium. La droite relève que cela sent le "délit d'initié" mais ne va pas plus loin.
L'interpellation sur l'Alimentarium est une démarche idiote, car la ville n'a vraiment aucun engagement dans ce musée. Cela va sûrement plaire à Nestlé, d'autant plus que cela vient visiblement de quelqu'un du musée. Le samedi, 24 Heures se croit obligé de faire un article sur cet objet, où tout le monde dément les rumeurs de difficultés financières. La conséquence, en tout cas, c'est que le dimanche le musée est pris d'assaut par une foule qui... veut visiter avant qu'il ne soit obligé de fermer ! De nombreux visiteurs font cette remarque et s'inquiètent de l'avenir du musée. A la cafétéria, qui n'a qu'une capacité d'accueil limitée, le personnel doit refuser de servir une vingtaine de repas car il n'y a plus de réserves. Cela fâche l'une des personnes qui constate que le musée doit vraiment être dans une situation catastrophique pour que l'on ne puisse même plus servir les clients !

 

Pour le reste, les manipulateurs des commerçants en prennent pour leur grade. La présidente du GIVV a à nouveau voulu faire pression sur la Municipalité en déposant au Conseil une pétition (à propos des tarifs de la Place du Marché) qui traite d'un objet de pure compétence municipale. Le Président propose de la remettre à la Municipalité, mais Gonthier relève que le Conseil aurait le droit, malgré tout, de l'étudier et de la transmettre avec sa recommandation. Ni une, ni deux, la droite (Clément)demande à ce qu'on en fasse ainsi. Après un bref débat, le Conseil tranche très clairement pour ne pas étudier cet objet, donc en fait pour ne pas soutenir cette demande de retour aux anciens tarifs. Il n'y a eu pratiquement que le PLR qui a voté pour, quelques PDC et peut-être quelques VL, mais l'UDC a voté contre (Schobinger voulait augmenter plus !).

 

Mercredi 26 janvier 2011
Je vais chercher les affiches en début d'après-midi et les amène au local, où PAF est en train de nettoyer nos anciens panneaux. Il en a 20 à coller pour le moment, j'en donne 10 au Greffe pour l'affichage officiel et on en garde 5 en réserve, peut-être pour les caquolet. Après, il y aura les affiches thématiques qui devraient arriver la semaine prochaine.
On a constaté que les autres ont le même imprimeur que nous. PAF a proposé qu'on en profite pour leur faire des nez rouges...

Lundi 24 janvier 2011
Nous déposons nos listes vers 19h30. J'avais rendez-vous avec Annick à 8h30, et c'est en contrôlant les critères de validité que nous remarquons qu'il n'est pas nécessaire d'être domicilié à Vevey au moment du dépôt, mais seulement la veille de l'élection. Cela me permet de téléphoner d'urgence à un candidat que j'avais écarté parce qu'il n'a pas encore déposé ses papiers et qui avait l'intention de le faire ces prochaines semaines. Il m'attend sur le quai de la gare (je lui ai fait manquer son train) pour signer les papiers ! Ainsi, nous avons 43 noms sur la liste, ce qui fait, compte tenu qu'il y a les trois candidats à la Municipalité, 40 candidatures spécifiques pour le Conseil.

J'ai reçu le fichier pdf de l'affiche Municipalité et je le porte chez l'imprimeur. Il me dit qu'il peut faire les 35 exemplaires pour demain, mais je ne peux pas passer avant mercredi. Cela lui donne un jour de plus, mais cela montrer qu'on peut dorénavant travailler avec des délais très courts. Le soir, je m'arrange pour que PAF soit prêt pour le collage mercredi après-midi, avec l'idée de poser nos affiches vendredi.
Pour le moment, il n'y a qu'Alternatives qui a sorti ses panneaux, tous les autres partis ayant attendu, je pense, le délai de dépôt des listes avant de donner le b-à-t.

 
A midi, je vais nager, malgré le stress. L'après-midi, j'ai la chance d'avoir un rendez-vous prévu à 15h qui tombe, si bien que je peux aller chercher le solde des Programmes (10'500 exemplaires) et les distribuer aux porteurs. Le format est grand et c'est beaucoup plus lourd que les Blocs-Notes habituels. Comme nous avons beaucoup de nouveaux candidats, je trouve facilement deux remplaçants pour des quartiers dont les porteurs ont demandé à être déchargés. A la fin de l'après-midi, je suis épuisé... mais j'ai fini ma distribution en trois heures.  

Samedi 22 janvier 2011
Au stand, nous distribuons en avant-première notre programme imprimé sous la forme d'un journal. Je suis allé chercher 2'000 exemplaires à l'imprimerie vendredi après-midi, et je dois aller chercher le solde lundi pour l'amener aux porteurs. La distribution se fera donc durant la première semaine de la campagne officielle.
En ville, le PLR a retiré ses affiches pour préparer la campagne des municipales, et nous avons fait de même avec celles où nous avions mis nos voeux. On devrait avoir les affiches municipales à la fin du mois, mais avant on aura une nouvelle série d'affiches thématiques, qui seront notre manière de faire la campagne pour le Conseil.

Jeudi 13 janvier 2011
Notre affiche sur la patinoire donne des boutons à nos adversaires. Après un article de 24H qui cherche visiblement à dédouaner la droite, en donnant notamment la parole au PDC, ce dernier parti va jusqu'à reprendre notre démarche pour bricoler une contre-affiche !

C'est presque attendrissant de maladresse. On retrouve la patte habituelle du PDC veveysan, avec le français approximatif qui sert de marque de fabrique...! Sous l'image du dépliant des commerçants qui annonçait la présence de la patinoire dans le cadre des animations de Noël, on lit: "Imprimé avant que le Conseil communal prend (sic) la décision... De ne pas accorder le crédit." La concordance des temps, l'erreur de typographie et la mise en page fantaisiste montrent bien que cela a été réalisé avec les moyens du bord ! Ils ont même utilisé des crayons de couleur pour dessiner l'affiche, à voir la manière dont les couleurs bavent dès qu'il pleut...

Mercredi 5 janvier 2011
Je pose la deuxième série d'affiches, celle qui présente nos voeux et invite les gens à nous rejoindre. On a eu un couac avec cette opération, puisque nos affiches devaient normalement être disponibles le 23 décembre déjà, mais l'imprimeur était fermé ! Pas de chance, car le PLR a pu déposer à temps ses propres affiches de voeux. Mais elles sont très banales et ne proposent rien, apparemment parce que ce sont des modèles réalisés par le parti cantonal pour ses sections locales, ou plus précisément pour celles qui sont considérées comme des champs de bataille emblématiques dans la lutte contre la gauche.

Le réseau de notre affichage de campagne se construit petit à petit...

Vendredi 31 décembre 2011
24Heures publie une édition de saison, dédiée aux voeux et aux événements heureux qui se déroulent durant ces jours de fêtes. Mais la page Riviera, elle, est consacrée à un grand article de 4 colonnes répercutant les récriminations de différentes catégories de commerçants. Avec de nombreuses erreurs factuelles (tarif du parcage sur la Place du Marché le soir en particulier), il donne la parole uniquement aux mécontents et ne laisse pratiquement aucune place aux arguments de la Municipalité.
Le même jour, un autre journaliste de 24H me téléphone pour me demander "une réflexion ou un voeu" à faire figurer en bas de page du journal dans une prochaine édition. Je lui en propose deux. La première est ironique et fait référence au fait que tous les articles récents sur le commerce dans le canton et en Suisse romande sont positifs (chiffre d'affaire de l'année et de décembre en hausse, semaine après Noël à un niveau record, satisfaction du Marché de Noël de Montreux malgré un départ mitigé, hausse du nombre de spectateurs dans les cinémas, saison théâtrale 2009/2010 record), je lui suggère: "C'est quand même curieux cette différence entre le commerce à Vevey et dans le reste du canton...", à la mode de Francis Blanche qui disait: "C'est quand même curieux chez les marins cette manie de faire des phrases" (Les Tontons Flingueurs). La deuxième est plus directement un voeu, ou une annonce de programme électoral: " Ah ! Etre accoudé à la rambarde de la patinoire et voir le VEVEY passer au large". C'est finalement celle-ci qu'il a choisie. Je pense qu'il a voulu éviter de paraître me donner l'occasion de polémiquer avec les commerçants de Vevey, mais il ne s'est pas rendu compte qu'il était beaucoup plus mon agent électoral en choisissant la seconde !

Mardi 28 décembre 2010
Nous avons rendez-vous avec le photographe mandaté par le PSV pour faire les photos de l'affiche municipale. On y passe une partie de l'après-midi et on finit passablement gelé. Il ne fait pas très mauvais, mais pas très chaud non plus !

Jeudi 23 décembre 2010
A la veille de Noël, nous profitons de la nocturne de 22h pour faire un stand devant Saint-Antoine. Il s'agit surtout d'offrir quelque chose aux gens, et nous décidons d'innover en leur servant une soupe à la courge. Mais c'est une recette spéciale, réalisée avec grand art par Yvan. Elle a un succès fou, nous en distribuons plus de 30 litres entre 19h et 21h. Même si la foule n'est pas très dense, surtout à partir de 20h, nous avons l'occasion de discuter avec beaucoup de monde et même à distribuer des feuilles d'inscription sur la liste du Conseil.

Lundi 20 décembre 2010
Le PS apporte sa première réplique à la campagne de longue haleine du PLR. Nous avons décidé de mettre en place des affiches ciblées, et le PLR nous a offert un objet idéal en refusant le crédit nécessaire à la patinoire (il n'était pas le seul !). Notre première affiche traite donc de ce sujet et est installée au bas de la Place du Marché, là précisément où les gens s'interrogent de ne pas voir la traditionnelle patinoire. Le panneau a fait un tabac en particulier lors du feu d'artifice du 31 décembre... En bas de l'affiche, il y a une invite qui sera le fil rouge de toute la série de nos affiches thèmatiques.

Par ailleurs, je suis en train de finaliser la mise en page de notre programme électoral, qui aura belle allure certainement et sera d'accès facile à la lecture. Il figure sur ce site et sur celui du PSVe.

Samedi 18 décembre 2010
Stand au Marché, rien à signaler, la droite est toujours absente, il y a juste les Verts qui ont un stand.

Jeudi 16 décembre 2010
Seconde séance de décembre du Conseil, avec un seul point un peu chaud: la pose de barrières parasuicides sur le pont de Gilamont. En Commission des finances déjà, on voit que la droite (et pas seulement elle !) déteste l'idée de dépenser des sous pour se mêler de la vie - ou plutôt de la mort - des gens. Mais ils sont mal pris, car il y a eu une pétition populaire demandant une telle protection, la Municipalité s'y est conformée, le canton a fait en sorte de ne pas avoir un projet trop cher (1,8 millions y compris la remise en état du tablier du pont), et la commune n'est sollicitée que pour le tiers du surcoût de la barrière parasuicide. Il n'y a que Clément qui ose dire carrément que c'est de l'argent jeté par les fenêtres, tous les autres font des contorsions pour exprimer leur désaccord, demandant en particulier un autre choix esthétique. Les arguments rationnels ne peuvent rien contre la mauvaise foi, mais, au final, le risque électoral est trop fort et le projet est accepté à une très large majorité, le PLR et d'autres de la droite se contentant de s'abstenir. Il n'y a qu'un opposant prêt à faire fi de la volonté populaire (refrain qu'on sert souvent à la Municipalité...).

Lundi 13 décembre 2010
En Commission électorale, nous décidons de sortir des affiches ponctuelles régulièrement jusqu'à la campagne elle-même, sur des sujets chauds ou importants pour la ville. C'est une manière de compenser l'invasion par des affiches se voulant branchées mais quasi-incompréhensibles du PLR. Comme la droite occupe l'espace public indûment depuis des mois (cela a commencé par un appel à idées, puisqu'apparemment les stratèges du PLR n'en ont pas beaucoup), on va leur rendre la monnaie de leur pièce, et surtout avec des affiches mieux ciblées.
La première affiche sera axée sur le refus de la patinoire, et on la mettre en bas de la Place du Marché, là où nous prévoyions de mettre la patinoire.

Samedi 11 décembre 2010
Stand au Marché, rien à signaler, il fait beau malgré le froid et la matinée est sympa. On ne voit plus la droite depuis un moment.

Vendredi 10 décembre 2010
Le personnel communal a son Grabeau, une soirée festive offerte annuellement par la ville à ses employés. A cette occasion, il y a différents discours officiels, et j'ai l'habitude d'y annoncer l'indexation qui a été octroyée par la Municipalité. Comme le Conseil a eu lieu la veille, c'est une bonne occasion de le faire vu qu'on en a peu parlé. Je leur dit donc que la Municipalité a décidé de leur octroyer 0,5% d'augmentation, qui compense à la fois la hausse du coût de la vie et l'accroissement de la retenue pour le chômage. Pour tenter de profiter également de cet impact positif auprès du public, qui est par ailleurs peu attentif à tout le reste des discours, un autre orateur croit judicieux d'affirmer que le Conseil communal a approuvé cette hausse, ce qui est un très joli dérapage puisque ledit Conseil s'est prononcé sur un chiffre initial de 0,3%, la différence étant de la compétence de la Municipalité dans la masse salariale. Mais cela fait plaisir d'entendre dire par un candidat de la droite que le Conseil dans sa globalité est d'accord avec un geste généreux de la Municipalité sortante !

Jeudi 9 décembre 2010
Séance du Conseil communal consacré au budget et aux crédits complémentaires. Dans l'ambiance électorale, c'est évident qu'il va y avoir des échanges un peu vigoureux. Aux crédits complémentaires, la droite s'attaque aux deux écrans supplémentaires, d'un coût de 50'000 francs. C'est pourtant 4 à 5 fois moins cher que dans la première variante. De plus, j'ai de nombreux mails de plusieurs institutions culturelles et clubs sportifs qui insistent sur l'utilité de ce mode de communication. En Commission des finances, Bertschy a d'ailleurs dû reconnaître que le foot et le basket en étaient enchantés et avaient signé un contrat spécial avec le fournisseur de cette communication. Il n'a pas osé le redire au Conseil, naturellement. Donc, la droite fait fi des besoins avérés de la population en matière de moyens de communication, alors qu'aussi bien les utilisateurs payants (les annonceurs) que les gratuits se bousculent pour figurer sur ces panneaux. Qu'on ne vienne pas me dire qu'ils sont à l'écoute de la population. Comme certains verts et Vevey Libre font la fine bouche, le crédit est finalement refusé.
Dans le budget, la plupart des amendements sont rejetés, en particulier celui de l'UDC qui propose de supprimer la subvention de 6'000 francs au Théâtre des Trois-Quarts (ils ont dû apprécier !). Le seul qui passe est celui qui consiste à couper les 140'000 francs destinés à la patinoire provisoire de cet hiver. Là aussi, ces gens soit-disant si sensibles à l'opinion des Veveysans, qui se gargarisent de cette volonté de transparence, décident de se soucier comme de colin-tampon du désir évident de l'immense majorité de la population de continuer à avoir une patinoire, même réduite temporairement. Le crédit est donc refusé, ce qui nous donne naturellement un joli argument pour attaquer la droite, dont la volonté d'économie, sur 138 millions, se limite à 0,1% consistant en une coupe privant la population d'une prestation ardemment attendue.

Dimanche 5 décembre 2010
Comme chaque année, je participe au Noël de la paroisse italienne, à la salle de la Part-Dieu. On ne pourra en tout cas pas dire que je suis un opportuniste, puisque j'y vais à chaque fois, parce que j'aime bien l'ambiance familiale qui y règne. On ne m'embête pas trop avec des bondieuseries, les gens sont gentils et reconnaissants envers la commune, qu'ils aiment encore bien plus que les Suisses d'origine. C'est l'occasion de donner quelques réponses à des questions que certains n'osent pas poser autrement, d'encourager les gens qui se dévouent... et de manger la polenta. Dommage qu'il n'y ait plus de lapin mais du ragoût.

Vendredi 3 décembre 2010
L'inauguration de la nouvelle Maison de quartier de Vevey-Ouest, à la rue de l'Union, est une bonne occasion de montrer la qualité du travail des socialistes à la Municipalité. C'est en tout cas un rendez-vous incontournable de tous les candidats à la Municipalité de tous partis, déclarés ou pas encore ! Mais le travail, c'est bel et bien Lionel qui l'a fait, avec le soutien d'une Municipalité clairement de gauche.

Mercredi 1er décembre 2010
Nous avons une séance des Municipaux socialistes, que je co-préside avec Jean-François Clément, de Renens. Nous avons prévu de nous réunir à Grandson, et c'est une véritable expédition ! Il neige depuis deux jours, les routes sont pratiquement impraticables, et la plupart des socialistes de la région lémanique décident d'y aller en train. Le problème, c'est que le train ne s'arrête pas (plus ?) à Grandson, ce qui est incompréhensible, et qu'il faut prendre à Yverdon un "postal", unique liaison horaire pour la petite ville voisine. Comme notre train a du retard, nous manquons naturellement le postal, et nous devons chercher des taxis pour aller à Grandson, mais ils sont tous soit retirés de la circulation, soit surchargés. On y arrive finalement, avec un peu de retard mais pas trop. Notre séance peut se dérouler presque normalement, mais avec juste une vingtaine de participants. C'est, là aussi, l'occasion d'échanger des impressions sur les communales et de discuter de nos moyens de campagne.

Mardi 30 novembre 2010
Alors que je suis au Grand Conseil, une journaliste de 24H m'appelle pour me demander de réagir à l'article qu'ils ont publié ce jour même présentant le projet du PLR d'un double parking sous la place du Marché et celle de la Gare, les deux étant reliés par un tunnel. C'est un projet farfelu, qui ne tient compte naturellement ni du cadre cantonal d'aménagement du territoire (installer 1'000 places de parc supplémentaires au centre ville ne serait jamais accepté par le SDT), ni du coût. Même si le coût effectif devait être de 50 millions comme annoncé (mais ce serait plus vraisemblablement 705, voire 100 millions), cela mettrait la place à 50'000 francs. Or, ces mêmes "promoteurs" avaient reproché au parking de 280 places que la Municipalité proposait (sur mandat du Conseil) sous la place du Marché début 2009 d'avoir un coût à la place de 40'000 francs. Et ces pauvres commerçants et leurs représentants pleuraient déjà sur le coût exorbitant que cela allait occasionner pour leurs clients, puisque nous avions annoncé un prix de l'heure à 2,20 francs. Donc, pour une place à 50'000, voire 75'000 ou 100'000 francs, on est parti pour une heure à 3 ou 4 francs ! Même si c'est un promoteur privé qui finance, il voudra naturellement rentrer dans ses frais. Mais bien sûr que ces malins stratèges prévoient que la commune prenne à sa charge ces vilains frais impossibles à rentabiliser, comme la création des accès ainsi que le beau tunnel entre les deux parkings ! Pour qu'un promoteur privé puisse faire son beurre en imposant une heure de parcage à 3,50 francs, après au moins 3 ans de travaux qui chambouleraient tout le centre ville, il faudrait que la ville débourse au bas mot une dizaine de millions. Je suis persuadé que tous les commerçants doivent "très logiquement" être enchantés de ce projet pharaonique...
Quoi qu'il en soit, je n'étais pas au courant de la parution de cet article et, lorsque la journaliste me demande ma réaction, je ne peux m'empêcher de me mettre en boule et de leur reprocher de n'avoir absolument rien dit de notre programme ni de nos candidats, alors qu'ils ont toute la documentation en mais depuis près de trois semaines. La journaliste est visiblement ébranlée, et sa demande de réaction se transforme en une promesse de publier quelque chose sur nos propositions en matière de parcage. On attend de voir.

Mercredi 24 novembre 2010
Je suis membre de la CATTI (Commission Aménagement du territoire, Transports et Infrastructures) du PSV, et j'adore aller à ces séances car on y rencontre des gens passionnants. L'aménagement du territoire, qui était devenu ringard dans les années 90, revient en force avec les problèmes d'agglomérations, de RER, de mobilité douce, et surtout avec le Plan directeur cantonal qui entre petit à petit en force. Ce soir-là, on a la chance de pouvoir discuter trois heures, à 7, avec Laurent Guidetti, l'architecte de Tribu'Architecture, le bureau lausannois qui a décroché le mandat du projet Métamorphose à Lausanne. Laurent, qui est membre de la CATTI, est toujours un convive agréable et qui adore apporter des solutions dérangeantes, ce qui fait qu'il est très important pour énoncer les nouvelles tendances de l'architecture et surtout de la gestion de l'espace. C'est un grand moment de pouvoir partager avec lui, en toute simplicité, toutes les questions ouvertes notamment par la création du nouveau quartier qui doit prendre place à la Blècherette. C'est en plus, pour moi, une formation permanente parfaitement adaptée à mes fonctions, et cela me donne une base solide lorsque je viens faire des propositions décoiffantes face à certains de nos mandataires !

Lundi 22 novembre 2010
Le PS Riviera, maintenant présidé par Eric Gavin, se réunit au caveau Scanavin, avec une dizaine de personnes. C'est l'occasion d'un tour de table des quatre sections quant à la situation en vue des élections communales. Montreux est de plus embarqué dans le remplacement de Doriot, campagne qui ne se présente pas bien vu les circonstances. Pour les élections municipales, il est prévu trois candidats dans les trois villes du bas et un à Château-d'Oex.

Vendredi 12 novembre 2010
Dans la matinée, 24H se fait excuser, ainsi que Radio-Chablais. A 11h, nous sommes 5 membres du PS (les 3 candidats, Eric et Charly), mais il n'y a pas de journaliste ! Après une demi-heure d'attente, on se décide à passer dans les rédactions pour leur remettre les beaux dossiers de presse préparés pour eux, et j'envoie également par mail à tous les médias le communiqué de presse, la présentation des candidats, le programme électoral complet ainsi que sa présentation résumée. On verra que cela n'aura pas beaucoup plus de succès que l'invitation à la conférence de presse.

Jeudi 11 novembre 2010
Assemblée extraordinaire de la section, pour la désignation des candidats à la Municipalité. Nous sommes au caveau Scanavin, et il manque de la place ! Nous sommes plus de 50, c'est vraiment bien. Il y a les trois candidats officiels, Annick, Marcel et moi, et il ne semble pas y avoir de velléité chez d'autres candidats potentiels. Eric a déjà fait l'exercice il y a cinq ans, et les deux ou trois autres possibles papables ne sont pas intéressés dans ces circonstances. La discussion de savoir si nous partons à 3 ou à 4 est donc académique, mais il est vrai que, s'il y avait eu une décision pour 4, on n'aurait pas eu de difficulté pour trouver la personne manquante. Le risque était naturellement de donner l'impression qu'on était trop gourmand, et de plus de diviser les voix entre deux nouveaux candidats. La décision est donc prise à la quasi-unanimité de désigner les trois candidats annoncés comme le ticket socialiste pour la Municipalité.
Une conférence de presse a déjà été convoquée pour le lendemain 12 novembre à 11h, et les candidats l'avaient mis à leur agenda.

 

Lionel improvise une petite séance de photo, pour pouvoir mettre l'information complète
sur le site du PSVe. Voilà ce que cela donne, pas encore glamour...

Mardi 9 novembre 2010
Fête de la Saint-Martin, à laquelle je participe es qualité. Dans le cortège, le Président du Conseil veut affirmer sa position et défile au premier rang, à côté de la Conseillère d'Etat... J'ai rédigé un discours plus court que d'habitude, car on m'a fait savoir que le public se lasse de cette partie officielle... alors que ce qui prend un temps fou c'est la cérémonie du serment des nouveaux confrères ! Quoi qu'il en soit, j'ai glissé une allusion "politique" en relevant sur le mode humoristique que le cortège a emprunté le trajet que la Municipalité veut mettre en place pour accéder à la Place du Marché depuis l'est.
Après midi, je reçois le maire - socialiste - de Carpentras, Francis Adolphe, très sympathique et que j'ai appris à connaître depuis deux ans. Je le balade en ville et dans la région le reste de la journée, avec une pause "meringue glacée crème double" au Tivoli, à Châtel ! Il l'avale à une vitesse incroyable et nous achetons un paquet de meringue et un baquet de crème double à la crèmerie avant de redescendre...

Samedi 6 novembre 2010
Il y a un stand du PS au Marché, mais je ne peux y participer, devant représenter Vevey à la manifestation officielle de la Foire de Brent. J'y rencontre les camarades montreusiens, très stressés par la campagne municipale pour remplacer Doriot. Les Municipaux semblent moins concernés que la présidente et candidate Jacqueline Pellet et quelques autres membres de la section qui sont vraiment en campagne.

Lundi 1er novembre 2010
La séance doit surtout servir à préparer la stratégie en vue de l'Assemblée de section du 11 novembre qui verra la désignation des candidats à la Municipalité. Il semble que nous n'aurons pas plus de 3 candidats, si bien qu'une éventuelle argumentation sur une liste à 3 ou 4 n'est guère opportune.

Samedi 30 octobre 2010
Pas de stand ce samedi. Je vais au vernissage de l'exposition du graveur DeWint au Cadratin. Superbe, et comme je fais partie des Vrais amis du Cadratin, cela fait plaisir de voir ce lieu vivre ainsi. DeWint me promet même de m'envoyer une lettre de mail'art, et je la reçois effectivement juste avant Noël. Un beau cadeau. Ce n'est pas une manifestation politique, mais mieux vaut être ami des Amis du Cadratin que leur ennemi, comme certains !

Jeudi 28 octobre 2010
Repas avec Annick pour donner quelques explications pratiques sur le métier de municipal et préparer certains thèmes.

Samedi 23 octobre 2010
Ouverture du Sommet de la Francophonie à Montreux. J'y assiste à une très bonne place et suis impressionné par plusieurs intervenants, notamment africains. Quant à Sarkozy... je dois dire que je suis d'accord avec toutes les thèses qu'il expose concernant l'international (taxation des échanges financiers pour éviter la spéculation des hedge funds, nécessité que l'Inde et le Brésil soient au Conseil de Sécurité, financements innovants, en particulier sur les connexions internet, pour payer le développement des pays les plus pauvres, etc.). Reste d'une part à savoir s'il le pense réellement, et d'autre part s'il est en mesure de le faire passer. En tout cas, cela ne figure pas dans la détermination finale.

Samedi 16 octobre 2010
Nous récoltons des signatures pour l'initiative Cleantech du PSS sans grande difficulté. Mais l'essentiel est d'être présents au marché, de rencontrer des gens et de discuter avec tout le monde.

Jeudi 14 octobre 2010
Le journaliste Didier Planche, qui est de la région, demande à m'interviewer pour Affaire Publiques. Il a l'intention de rencontrer différents responsables de services et activités à Vevey pour faire un portrait de la ville et de ses projets. Après deux heures d'entretien, il me dit qu'il n'a finalement pas besoin d'autres informations et qu'il fera son article selon ce que je lui ai dit. Il me donne à relire son son article et je dois quelque peu modérer son enthousiasme quant aux résultats des prochaines élections... Mais cela fait un bel article très positif sur la ville de Vevey... et son syndic !

Mercredi 13 octobre 2010
A l'occasion de l'étude en commission du préavis sur le réseau de fibre optique, on assiste à des manoeuvres inattendues. Lors de la séance du Conseil communal qui traite de ce sujet, même camps brouillés face à un projet qui est pourtant purement technique. Au final, le plan directeur du réseau communal de fibre optique l'emporte assez nettement, avec une majorité hétéroclite regroupant droite et gauche.

Lundi 11 octobre 2010
A l'occasion de la Réception des nouveaux citoyens par la ville, le PS est présent dans le vestibule avec plusieurs personnes qui distribuent des papillons de recrutement. On est plus discret que le PLR, qui s'installe comme en terre conquise dans le hall d'accès à la salle. L'apéritif après la séance est une occasion de discuter avec plusieurs personnes qui pourraient être intéressées.

Samedi 9 octobre 2010
Nous faisons un stand au marché car le PS Vaud nous demande de récolter des signatures pour l'initiative du PSS Cleantech. Elle vise l'introduction dans la Constitution d'un article obligeant la Confédération à soutenir les énergies renouvelables, la recherche d'une part et la mise en production d'autre part. Cela va non seulement diminuer l'utilisation d'énergie fossile, mais également créer des emplois. L'article prévoit également d'interdire la version énergivore de différents produits, et l'objectif est d'avoir 50% d'énergie de ce type en 2030.
L'initiative plaît à pratiquement tout le monde et se signe facilement. C'est l'occasion de rencontrer du monde et même de faire du recrutement. Comme il fait beau, Charly sort son bateau solaire et profite pour offrir des mini-croisières à ceux qui veulent voir un exemple concret de ce type d'énergies. On va faire une demi-douzaine de stands jusqu'à Noël, pour récolter des signatures et faire du recrutement, mais pas tous les samedis.

C'était une bonne idée de venir au marché ce jour-là, puisque, justement, le PLR faisait sa première sortie ! Avec un stand qui ressemble plutôt à un bar, ils ont dû avoir des discussions idéologiques passionnantes...

Jeudi 7 octobre 2010
Séance de Conseil communal. Les manoeuvres stratégiques à vision électorale se multiplient du côté de la droite: dépôt médiatisé d'une pétition de commerçants mécontents de la modification à la rue de l'Hôtel-de-Ville, lettre à propos du tarif du parcage à la Place du Marché, attaques tous azimuts contre Jérôme Christen, tentative d'empêcher le maintien du taux d'imposition pour 2011, interpellation à propos du VEVEY (CGN) pour récupérer l'émotion à propos de sa mise au rancart, proposition de décision sur le tarif de la Place du Marché, etc.

Au final, beaucoup de bruit pour rien: les commerçants venus en cortège remettre leur pétition n'ont qu'un intérêt poli des médias et passent juste quelques secondes à la télé, leur pétition est évoquée en même temps qu'une lettre des habitants et de commerçants de la rue de l'Hôtel-de-Ville se félicitant de la tranquillité retrouvée. La proposition de décision concernant la Place du Marché et la rue de l'Hôtel-de-Ville est ravalée au rang de résolution et est ensuite repoussée par la majorité du Conseil (les commerçants ont dû être surpris). L'interpellation d'un candidat libéral à la Municipalité m'offre une superbe occasion d'expliquer ce que la Municipalité et moi-même avons déjà entrepris pour venir en aide au VEVEY et se traduit par une résolution unanime du Conseil pour soutenir le Syndic et la Municipalité, ce que 24H ne manquera pas de relever !

Le débat très politique sur le taux d'imposition est de meilleur niveau que celui de l'an dernier, mais les arguments de la droite sont, pour plusieurs, en contradiction avec ceux qu'elle défend au Grand Conseil, ce que je me fais un plaisir de leur rappeler. Les intervenants PLR en profitent pour faire étalage de leur incompétence en matière comptable (méconnaissance de ce qu'est une dette productive, incompréhension du système de décompte final de la facture sociale et de la péréquation, incapacité de tenir un discours cohérent sur la comptabilité). Le seul argument intéressant est répété par trois partis: il faut diminuer pour rapprocher notre taux de celui des autres communes, cela facilitera la fusion. Ravi d'apprendre qu'il y a maintenant le PLR, le PDC et même l'UDC qui prône la fusion à dix !
Au vote final, après le refus des amendements à 69 et à 70, la proposition de la Municipalité à 71 (77 points moins la bascule de 6 points en faveur du canton) est acceptée à une majorité notable: toute la gauche + Vevey Libre.
Un débat secondaire a été ouvert par une conseillère libérale, en vue de la suppression de l'imposition à 70% de succession en ligne directe descendante. Les arguments sont connus et le débat revient régulièrement. Là aussi, la même majorité s'est opposée à cette suppression.

 

Lundi 4 octobre 2010
La campagne publique a formellement commencé. Le PLR cantonal a apparemment donné le coup d'envoi de la campagne dans les localités car Vevey, comme d'autres, s'est couverte de panneaux électoraux. Ils sont assez sibyllins, car le PLR se contente d'afficher un site internet. Leur public habituel sera certainement ravi...

Dans la foulée, un tout-ménage est distribué dans la semaine. Il comporte les "propositions" du parti local. Dur de trouver quelque chose que la gauche n'a pas déjà fait ! C'est à peu près aussi étoffé que leurs interventions au moment du budget.

Jeudi 30 septembre 2010
L'Assemblée de section adopte définitivement le Programme électoral, que je leur ai présenté avec un powerpoint exposant pour chaque thème une photo et un petit résumé synthétique en quelques lignes. C'est la version qu'on utilisera comme accroche, et le texte complet servira de référence pour les personnes intéressées par la stratégie des socialistes veveysans. Ce sera également la base de notre action durant les 5 années de la prochaine législature, comme nous l'avons fait avec le programme 2006-2011.

Le programme sera présenté officiellement en même temps que les candidats à la Municipalité, lorsque l'Assemblée aura pris sa décision.

Finalisation du programme - Août 2010
Lundi 23 août, la ComElec et le Comité siègent ensemble et adoptent la version définitive du Programme électorale 2011-2016. Il sera formellement adopté lors de la séance du 13 septembre et je suis chargé de le mettre au net pour le présenter à la section lors de notre assemblée ordinaire du 30 septembre.
Le Comité valide le Programme électoral lors de sa séance du 13 seeptembre, à laquelle participent également les membres de la Commission électorale. Nous renonçons à organiser une séance supplémentaire avant l'Assemblée de section du 30 septembre, lors de laquelle nous prévoyons à la fois d'adopter le Programme et de faire désigner nos candidats à la Municipalité.

Alors que les membres de la ComElec et du Comité se dispersent à la fin de la séance, Lionel Girardin arrive en retard (retenu par une autre séance). Il a quelque chose de très important à nous dire: il ne sera pas candidat pour la Municipalité en 2011 ! Ceux qui sont encore présents pour l'apprendre de vive voix sont catastrophés, les autres l'apprennent par un SMS et un mail de Lionel et doivent se faire une raison. Lionel nous demande de garder la confidence jusqu'au lendemain, jusqu'à ce que nous ayons rédigé en commun un communiqué de presse que va envoyer Eric Gavin au nom du PS Veveysan.
Une réunion d'urgence est agendée pour le 27 septembre, mais nous décidons par voie de circulation de ne pas discuter de l'élection à la Municipalité lors de l'Assemblée du 30 septembre dans ces circonstances. Un nouvelle Assemblée générale est fixée pour cet objet.

Recherche de candidats - Mai 2010
Dès son entrée en fonction, Annick commence à établir la liste des candidats pour le Conseil communal. C'est la première fois qu'on s'occupe de cela si tôt, presque huit mois avant le délai pour le dépôt de la liste (24 janvier 2011). Mais c'est vrai que, si l'on veut réussir à nouveau à mettre 50 noms sur la liste, il vaut mieux s'y prendre assez tôt. La première démarche est de demander aux conseillers communaux actuels s'ils entendent se représenter, ce qui nous laisse environ un tiers de réponses négatives. Comme certains semblent déjà un peu démobilisés, nous envisageons de les remplacer dès maintenant avec nos nouveaux membres, qui eux seront candidats en 2011. Cela nous permet quelques jolis remplacements.

En ce qui concerne la Municipalité, même s'il n'y a pas encore de décision définitive et que la section n'a pas eu l'occasion d'en discuter, les trois sortants sont considérés comme prêts à se représenter. C'est en tout cas vrai pour moi, et nous attendons la confirmation de Marcel et Lionel. Si nous sommes trois à nous représenter, la stratégie sera assez simple puisqu'il s'agira surtout de maintenir la position en appuyant le travail réalisé par les sortants.
Il est possible qu'une discussion ait lieu pour savoir si nous présentons un 4ème candidat, mais je n'y suis personnellement pas favorable. Cela voudrait dire soit qu'on veut conquérir un siège supplémentaire, ce à quoi nous avons renoncé en 2006, soit que nous proposons aux électeurs de ne pas réélire un de nos sortants, ce qui serait considéré comme un désaveu de l'équipe sortante.

Début de la campagne - Avril 2010
Pour le PS Veveysan, la campagne a débuté au mois d'avril 2010 environ, lorsque nous avons constitué une commission électorale dont la première tâche a été de rédiger le programme électoral. Cette commission a porté à sa présidence Annick Vuarnoz, une camarade arrivée récemment à Vevey en provenance de Genève. Elle est très collégiale mais sait également parfaitement ce qu'elle doit faire, on peut vraiment se fier à elle, je suis personnellement très heureux qu'elle soit arrivée chez nous et ait accepté cette fonction.
La campagne avait en fait déjà commencé un peu plus tôt, puisque nous avons débuté une série de textes-bilans dans le Bloc-Note No 163 d'avril. Nous n'étions pourtant pas les premiers, puisque Vevey Libre a publié en janvier et février de cette année deux numéros d'un journal de parti qui est déjà un début de programme électoral.

Avant l'été, la ComElec et le Comité de la section ont phosphoré ensemble, chacun a mis sur le papier les objectifs et les ambitions qu'il avait pour Vevey dans le(s) domaine(s) qu'il connaît bien, sous une forme condensée.
Fin juin, Annick a regroupé toutes les propositions dans une grille thématique. Il y avait aussi bien des propositions très générales, parfois des idées très ambitieuses, et des objectifs très concrets, des choses à faire très rapidement et très simplement.
La ComElec a trié tout cela, regroupé parfois plusieurs propositions sous une forme commune, éliminé certaines choses qui sont déjà en cours d'exécution ou qui paraissent trop éloignées de notre réflexion. On y a également rajouté des sujets qui sont incontournables mais qu'on pensait traiter par la bande, comme l'Agenda 21 et le développement durable, qui apparaissaient comme toile de fond de plusieurs thématiques.

 

Durant l'été, je me suis proposé pour donner du corps à ce programme, qui n'existait alors que sous forme de squelette, de liste de propositions non étayées. J'ai donc mis en place une structure du programme de législature, avec une partie Bilan et une partie Projets. Dans le bilan, les textes qui figureront sont d'Eric Gavin (Président de section), de moi-même (au nom de la majorité municipale) et de Lionel Girardin et Marcel Martin (municipaux parlant de leurs dicastères).
La partie Projets est synthétisée en six ou sept grands thèmes, comprenant des sous-thèmes. Chaque thème commence avec un petit texte introductif, et toutes les propositions sont rédigées de manière compréhensible et pas trop fouillée.
La ComElec se réunit à deux reprises durant l'été et apporte des correctifs puis valide le travail au fur et à mesure de son avancement.

 

Powered by quicksite v 3.9.9j  © 2002-2019 All rights reserved
Logo

Accueil Famille

No Keywords