Evénements

Dans cette rubrique, je rapporte des faits et des événements qui m'ont fait réagir durant les séances du Grand Conseil. Il s'agit parfois de situations cocasses ou ridicules..., parfois d'événements politiques ancré dans le temps. Les événements les plus récents sont en tête du texte ci-dessous.

En octobre 2009, j'ai eu un échange de correspondance intéressant avec M. Jean-Paul Kroepfli, de Veytaux, qui me posait des questions sur le vote électronique ("e-Voting"). Cela m'a donné l'occasion d'exposer ma vision de la chose (j'y suis opposé). Je mets ci-dessous tout l'échange de mails avec cette personne, car cela développe tous les arguments qu'on peut imaginer sur le sujet.  Je vous conseille en particulier de lire son commentaire de la réponse du Conseiller d'Etat à l'interpellation Chevalley, qui contient une masse d'informations qu'on ne trouve nulle part ailleurs. C'est très technique mais compréhensible.
Echange de mails en octobre 2009 (140 Kb)/ Commentaire par M. Kroepfli de la réponse de Leuba (153 Kb)
Quelques semaines plus tard, j'ai été sollicité pour co-signer une motion inter-partis demandant l'interdiction  du vote électronique. Je m'y suis associé, mais, comme d'habitude, les journalistes ont surtout parlé de ceux qui aiment se mettre en avant...

Le 22 mai 2007, l'élection des cinq membres de la nouvelle Cour des Comptes a donné lieu à un scénario totalement surréaliste. Personne n'aurait imaginé qu'un tel résultat allait sortir des urnes, même si tout le monde était persuadé que le mode de scrutin allait nous mener à la catastrophe.
Le deuxième épisode de cette pièce de théâtre s'est joué le mardi 18 septembre 2007, avec la présentation des candidats (12) pour les deux sièges restants. La gauche, dont la représentation était assurée, a tout d'abord soutenu largement l'élection de la libérale Eliane Rey. La seule chose qui nous défrisait dans sa candidature était qu'elle votait souvent intelligemment (donc avec la gauche !) dans les objets énergétiques, les transports et parfois le social. Or, le premier des viennent-ensuite était le va-t'en-guerre De Preux. En élisant Elianne Rey, nous étions conscients que, dans de futurs scrutins, nous allions bel et bien perdre deux voix ! (une qui n'est plus avec nous et une qui est contre nous).
Pour le second poste, la gauche n'a aucune intention de voter pour l'UDC André Jordan, même s'il n'est pas réellement très marqué à droite. Mais c'est une question de principe, après le comportement de ce parti à d'autres occasions précédemment. Les voix socialistes et vertes se portent donc sur un candidat non annoncé par un parti (mais annoncé de droite) et ayant la caractéristique d'être expert comptable: Stefano Granieri. La droite rigide vote UDC, et le POP vote Massimo Sandri, un excellent candidat popiste mais sans aucun espoir d'être élu.
Au décompte final, il faut 68 voix pour atteindre la majorité absolue, et on a: 63 pour Gragnieri, 63 pour Jordan, 5 pour Sandri. Cela signifie que, si le POP avait eu quelques notions de stratégie, on aurait pu avoir 68 pour Gragnieri et on aurait réglé le problème.
Avec ce résultat, il faudra encore un tour supplémentaire, en décembre, pour désigner le dernier juge de cette Cour. Et le député UDC Jean-Yves Rapaz, qui a bien fait rire en se prétendant victime de racisme et de xénophobie anti-UDC, a menacé que son parti ne représente plus de candidat. Comme cela nous fait peur !

Le premier événement de cette rubrique (13/27 mars 2007) est celui que j'ai évoquées dans le cadre de la campagne pour les élections cantonales de mars/avril 2007, que j'intitulerais "Ramassis de crétins" !

 

 

 

Powered by quicksite v 3.9.9j  © 2002-2019 All rights reserved
Logo

Accueil Famille

No Keywords