NEC P7

Le passage de la MX-80 à la P7 a été tout à fait remarquable pour moi, sur le plan de la rapidité, de la qualité et de l'efficacité. Cet achat résultait de mes lectures d'innombrables revues en toutes langues sur l'informatique, et c'est finalement en Allemagne que je l'ai achetée. Il me semble que c'était à Constance, où j'allais également parfois pour avoir des pièces pour l'Osborne.



C'est grâce à cette imprimante que j'ai pu faire de la PAO quasiment professionnelle. Je devais en effet réaliser une matrice du journal du PS Veveysan le Bloc-Notes Veveysan avec cette imprimante, puis la donner à l'imprimeur qui l'utilisait pour réaliser le film offset du journal !
Comme je le dis par ailleurs sous la rubrique Atari, cette impression à très haute densité prenait beaucoup de temps, près d'une heure par page. Je mettais donc en route l'impression au moment de me coucher, vers 1h du matin, et je laissais la machine travailler toute la nuit. C'était difficile à supporter, car l'impression se faisait au salon de notre appartement de l'av. Nestlé 24, qui n'était séparée que par une double porte battante de notre chambre à coucher ! Cela signifie que nous étions bercés par les stridences de l'impression haute densité durant toute la nuit.
Le lendemain matin, je me levais pour contrôler immédiatement la qualité du tirage. Et j'ai constaté avec désespoir à plus d'une reprise que les sauts de page n'avaient pas fonctionné correctement, et que les pages imprimées chevauchaient les dentelures des sauts de page ! Il fallait alors tout recommencer, après avoir éliminé le code caché qui avait décalé d'une ou de plusieurs lignes la machine.

J'ai également utilisé cette machine comme scanner, à une époque où les véritables scanners étaient des machines au coût astronomique. Avec la P7, il suffisait d'un petit bidouillage et d'un logiciel très malin. On fixait sur la tête de lecture un petit senseur électronique relié à un port de l'ordinateur. Ensuite, un logiciel pilotait simultanément l'imprimante et le senseur, et on pouvait ainsi "lire" une image qu'on avait mise sur le rouleau de l'imprimante. Je me souviens de l'émotion qui m'a saisi lorsque j'ai pu contempler sur l'écran de mon Atari la première image que je venais de scanner ainsi. C'est resté très clair dans mon souvenir, il s'agissait d'une photo de mon petit garçon Aurélien avec un gros bonnet sur la tête. L'image était très pixellisée, mais c'était malgré tout reconnaissable. Et je l'ai ensuite utilisée pour faire une Feuille d'information familiale à mes amis et parents lors du Noël suivant, je pense en 1989 puisque la photo (cf. ci-dessous, je l'ai retrouvée dans mes archives) est datée de 1989.

Powered by quicksite v 3.9.9j  © 2002-2019 All rights reserved
Logo

Accueil Famille

No Keywords