Journal 2e tour

Campagne du 2e tour

Mardi 5 avril - Fin du journal de campagne 2010-2011
Juste après midi, je reçois l'information du Greffe qu'il n'y a pas eu d'autre candidature pour la syndicature, ce qui signifie qu'il y aura élection tacite du Syndic. Cela m'est confirmé par un SMS du Président du Bureau électoral. Donc, la campagne des élections communales 2011 est terminée. Je reçois les félicitations de mon futur collègue de Montreux, qui est dans le même cas que moi, et de celui de Saint-Légier, qui me téléphone pour me féliciter et nous nous congratulons mutuellement.
Au Grand Conseil, deux événements m'enchantent tout particulièrement. C'est tout d'abord le fait que le double décret pour le financement des bateaux de la CGN, le Vevey et le Ville de Genève, ainsi que le chantier naval de Bellerive, passe en un clin d'oeil. En moins d'un quart d'heure, on fait le 1er débat, puis on décide de faire le 2e débat immédiatement, il est liquidé en trente secondes, puis je fais savoir que je suis très satisfait du rapport présenté par le Conseil d'Etat sur ma motion de mars 2009, et tout est bouclé ! Bien évidemment, ce n'est pas cet objet qui est repris par les journalistes et les télévisions, puisqu'il est consensuel. Ils préfèrent parler de la Loi sur les écoles de musique, où il y a quelques divergences.
Le second événement très réjouissant, c'est qu'un membre du PDC vient me féliciter de l'épithète que j'ai utilisé pour caractériser son collègue de parti veveysan. Il me confirme que c'est exactement l'impression qu'il en a lui-même, pour l'avoir fréquenté au Comité Directeur cantonal. C'est réconfortant d'avoir une telle confirmation.
L'article de 24 Heures aura au moins eu un intérêt: il a augmenté la fréquentation de mon site ! Le 4 et le 5 avril, j'ai eu une soixantaine de visite sur la présente page, alors que j'en avais habituellement ce nombre en une semaine...

Lundi 4 avril
Même si le 2e tour est terminé, je continue dans cette rubrique, car ce Journal de campagne ne devrait pas trop se prolonger. Ce matin, j'ai apporté à la commune la liste socialiste portant mon nom comme candidat à la syndicature. Opération terminée, je suis soulagé car cela me stresse toujours de devoir procéder à ce genre de démarche. J'ai toujours la hantise de manquer le délai... Pour la syndicature, toutes les informations convergent pour dire qu'en principe tant le PLR que les Verts ont renoncé à contester mon poste, donc ce devrait être une élection tacite. Mais on n'en sera certain que mardi à midi.
Les journaux couvrent bien le 2e tour des Municipales, et tous relèvent que la gauche a progressé dans les exécutifs. C'est le cas également de 24 Heures, qui consacre à nouveau l'essentiel de son 1er cahier aux élections vaudoises, montrant qu'il a bien assimilé la leçon reçue il y a 5 ans (le journal avait été âprement critiqué pour n'avoir pas publié les résultats des élections).
Comme prévu, la seule information dans la page Riviera/Est-Vaudois concernant Vevey est la tentative d'extorsion d'une plainte contre moi par le journaliste de 24H auprès du Président du Conseil. Ce n'est pas un brève mais un 3 col étoffé par deux photos piquées sur mes pages.  Le journaliste fait de la pub pour ce qu'il appelle mon "blog" (encore un qui ne fait pas la différence entre un blog et un site personnel), sans aller toutefois jusqu'à donner l'adresse ! Il essaie vraiment de faire dire à V. d'Angelo qu'il est scandalisé, vexé, traumatisé, anéanti par mon usage du substantif "Duce"...! Ce n'est pas ce que Vlad m'a dit dimanche après-midi, mais c'est une licence poétique que s'octroient tous les journalistes.
Il pousse même le bouchon jusqu'à faire doctement une explication juridique de ce qui se passerait en cas de dépôt de plainte, et a visiblement consulté un juriste spécialisé dans ce genre d'affaires. J'imagine qu'il a fourni au Président du Conseil le numéro du téléphone d'un grand avocat genevois désireux de venir arbitrer le conflit mortel opposant deux politiciens veveysans, et s'est proposé de rédiger le texte de la plainte qu'il pourrait déposer auprès du Préfet et du Juge de Paix. Comme cela, sa rédaction ne pourra pas lui reprocher de ne pas avoir tout tenté pour donner un peu d'animation à cette campagne si morne...!
A voir ce journalisme-poubelle, on ne peut que se réjouir de voir prochainement Hersant arriver dans la région, cela ne peut pas être pire. J'imagine même déjà qui pourrait être le rédacteur régional...

Dimanche 3 avril
Me fondant sur l'expérience du 1er tour, je ne me presse pas pour aller à l'Hôtel-de-Ville. J'y arrive vers 12h45, et c'est déjà presque fini. On en est à près de 75% du dépouillement, c'est-à-dire qu'on est au moins 2 heures plus vite qu'au 1er tour. C'est vrai qu'il y a moins de candidats et de listes, mais il n'empêche. La participation est également encourageante avec 32,23%, soit environ 2 points de moins qu'au 1er tour.
On se rend compte immédiatement que c'est le scénario du 1er tour qui se répète en ce qui concerne le PS. Nous sommes largement devant même si nous avons moins de listes comptactes que la droite réunie, ce qui est normal, mais le dépouillement des listes modifiées de parti et surtout le début des listes sans dénomination nous met très nettement devant la droite. La candidate verte a visiblement également reçu le soutien des électeurs socialistes et des électeurs sans attache partisane dans les mêmes proportions, alors que c'est un peu moins net pour J. Christen. Durant une heure environ, on le verra regagner du terrain sur le mieux placé des PLR, E. Rivier. Mais il apparaît assez rapidement qu'il n'arrivera pas à refaire tout son retard lorsqu'on regarde le nombre de listes encore à entrer dans le tableur. Au final, les trois socialistes l'emportent confortablement mais sans dépasser la majorité absolue de 1'857 voix: L. Ballif 1'754, M. Martin 17'25, A. Vuarnoz 1'568, puis la candidate verte E. Leimgruber 1'479 et le PLR E. Rivier 1'301, alors que J. Christen n'est pas élu avec 1'235 (retard de 66 voix), tout comme le Décroissant Y. Luccarini (731). Je ferai une analyse fine des résultats un de ces prochains jours dans une rubrique spécifique, comme pour le 1er tour.
Après quelques palabres et festivités, d'abord devant l'Hôtel-de-Ville puis au Bistro de l'Hôtel-de-Ville qui est le stamm des Verts, nous allons à La Télé à Lausanne à 5 dans ma voiture, soit les trois socialistes, Y. Luccarini et J. Christen. L'ambiance est un peu bizarre dans la voiture, avec trois très satisfaits et un qui broie du noir... A La Télé, nous restons une bonne demi-heure à l'antenne avec un 1er plateau composé de moi-même, E. Leimgruber, E. Rivier et J. Christen. Nous faisons surtout un bilan et chacun a bien la possibilité de s'exprimer. Visiblement, le PLR a une idée tout à fait fausse de la manière dont fonctionne une Municipalité, car il semble croire que nous ne travaillons qu'en collège, alors que chacun est prioritairement responsable d'un ou de plusieurs dicastères. Il aura du travail pour se mettre à niveau !

Nous rentrons à nouveau tous ensemble et nous posons nos deux collègues à la gare, puis nous allons chercher la femme de Marcel qui a des gâteaux à apporter à la séance du PS (c'est sa spécialité !). En passant, nous profitons de faire des photos souvenirs sur les escaliers de l'Hôtel-de-Ville. Ce sera utile pour le bilan de cette campagne, en principe dans un prochain Bloc-Notes.
Ensuite, nous rejoignons le caveau Scanavin pour notre assemblée extraordinaire de section, où nous retrouvons une trentaine de membres enthousiastes ! On fait tout d'abord une rapide analyse de ces résultats, notamment la manière dont les voix des différents électeurs se sont répartis sur les candidats. On constate que le socialistes ont joué honnêtement le jeu, et que les voix apportées à E. Leimgruber et tout particulièrement à J. Christen ont augmenté par rapport au 1er tour. Donc, notre stratégie a parfaitement fonctionné sans que nous ayons eu besoin de constituer une liste commune et nous n'avons rien à nous reprocher dans l'échec du candidat de Vevey Libre.
Chaque Municipal nouvellement élu fait son propre commentaire sur ce qu'il a vécu dans la campagne et, pour Marcel et moi, durant la législature qui s'achève. J'annonce clairement que je suis candidat à la syndicature, ce qui ne surprend personne, alors que Marcel précise qu'il ne la brigue pas et se réjouit de faire un bon tandem avec moi. L'assemblée s'exprime par acclamation et me désigne comme candidat à la syndicature. Sachant que E. Rivier et E. Leimgruber ont assez clairement annoncé à l'antenne qu'ils n'étaient pas candidats, on peut donc en déduire que ce sera une élection tacite.
Je signe la feuille de candidature, Annick me donne la feuille des parrains, et je dois déposer le tout lundi à l'Hôtel-de-Ville. La boucle sera alors bouclée et le bateau prêt à une nouvelle croisière de 5 ans. Ensuite, tout le monde mange et boit de manière très raisonnable, on se raconte des anecdotes de la campagne et de l'ancien temps (!). Chacun regagne ses pénates vers 20h, ce qui montre que les socialistes font la fête de manière très raisonnable...

 

Dans l'analyse faite sur ces élections et les comparaisons possibles avec les élections précédentes, on se penche sur la manière dont les partis politiques peuvent communiquer avec les électeurs pour faire connaître leur action. On se rend compte que nous ne pouvons absolument plus compter sur les journaux pour servir de relais, même sans idée partisane. Heureusement que La Télé, après le départ de son rédenchef cataclysmique, a très bien joué le jeu. Elle a assuré une retransmission de très longue durée des résultats et réactions aussi bien lors du 1er tour que lors du second. Pour la première fois, on a vraiment pu la considérer avec le même oeil qu'on avait pour ICI-TV et les autres télévisions locales, et c'est un énorme progrès par rapport à la situation existant il y a encore six mois. Quant à Citoyenne TV, les reportages réalisés passent en boucle ainsi que les résultats du district, ce qui est un bon complément. Il faudra qu'on continue à l'utiliser pour diffuser de l'information purement locale.
Par contre, le problème des journaux est lancinant, et la campagne "à l'américaine" du PLR, avec une une nuée d'affiches, est en quelque sorte parfaitement compréhensible car c'est devenu la seule manière d'informer les gens. Même la Municipalité en est réduite à mettre des panneaux à proximité de ses chantiers car la presse ne diffuse pas les communiqués de presse. J'ai fait des commentaires sur le comportement du Régional, qui joue un jeu incompréhensible en cherchant à se mettre à dos toute la classe politique régionale. Mais une récente démarche de 24H est tout aussi lamentable. Alors que visiblement ce journal a décidé de ne laisser aucun espace d'information aux candidats (de quelque parti que ce soit d'ailleurs), ce qui ne répond bien évidemment pas à sa vocation d'information générale mais peut répondre à une certaine cohérence, un de ses journalistes n'a rien trouvé de mieux que de chercher à faire du "buzz" sur la campagne en essayant de faire mousser une bagatelle de la campagne. Il m'a téléphoné pour me demander mon avis sur le fait que j'avais évoqué dans ce journal de campagne le Président du Conseil en parlant du "Duce". Bien que je lui ai précisé que ce terme signifie "Conducteur" en italien et que c'est exactement le rôle que le Président en question cherche à jouer dans la ville, le journaliste a tenté de me faire dire que je traitais cette personne de fasciste mussolinien ! Je m'en suis défendu en précisant que tout Veveysan qui suit la politique locale comprend l'ironie de l'appellation dans le cas présent, il a absolument voulu faire monter la sauce. Que ce serait bien de pouvoir en trois colonnes ou plus sur un hypothétique échange d'insultes entre le Syndic et le Président du Conseil ! Il a donc téléphoné audit Président, qui, malencontreusement, se trouvait à l'hôpital pour une petite intervention. Finalement, la mayonnaise n'a pas pris car le Président n'a pas monté les tours et le journaliste devra peut-être se contenter de faire, après l'élection, encore une brève débile sur un aspect de la campagne qui n'intéresse personne. C'est vraiment une bonne manière de contribuer au débat démocratique !

 

Samedi 2 avril
Dernier stand de ces communales, en principe, à moins qu'il n'y ait un duel pour la syndicature... L'ambiance est très bonne, il fait beau, beaucoup de gens viennent discuter avec nous et signer les deux initiatives (Pour un salaire minimum / Pour une caisse maladie unique), qui rencontrent énormément de succès. Les Verts sont également bien présents, avec du renfort cantonal (Anne-Catherine Ménétrey), car ils savent que c'est une ville où ils peuvent s'assurer un siège.
Dans la matinée, j'ai à plusieurs reprises l'occasion de parler de ce mandat confié à Nelly Wenger. Je me rends compte que bien des gens sont fâchés... car ils ont pris pour argent comptant le Poisson d'Avril du Régional. Et j'ai la satisfaction de les voir revenir à de meilleurs sentiments lorsque je leur dévoile le pot-aux-roses. Mais l'un d'eux me fait la remarque inquiétante suivante: "Quand j'ai lu cet article, j'étais en train de préparer mon bulletin de vote. J'ai été tellement fâché que j'ai décidé de ne pas voter socialiste !". Je l'ai donc rassuré, mais le problème c'était qu'il avait déjà fermé son enveloppe. Je lui ai conseillé d'aller au bureau de vote du dimanche pour voter en direct, en donnant sa carte de vote.
Cette réaction est malgré tout un peu inquiétante. On a déjà constaté que le Régional, soit par incompétence des journalistes, soit par volonté délibérée, passe son temps à nous casser du sucre sur le dos. On pourrait imaginer que ce Poisson d'Avril, dans un journal publié le 30 mars et distribué le 31 mars, ne soit qu'un alibi pour revenir à la charge et démolir encore plus la réputation de la Municipalité en place. Après, il leur suffira de dire qu'ils n'ont jamais voulu nuire mais seulement amuser leurs lecteurs...

 

 

Ci-contre et ci-dessous, deux affiches-charges réalisées par A. Gonthier en pastichant a campagne choc du PLR. Celle d'en bas, en particulier, il faudra la garder sous la main et la sortir lorsque les élus de droite voudront jouer des ciseaux dans des projets soutenus par le PLR en campagne !

L'après-midi, je vais avec Garance voir les Championnats suisses à Genève. Ce qui est amusant, c'est que beaucoup de nageurs et d'entraîneurs de plusieurs clubs, voire d'anciens nageurs présents à la piscine, savent que je suis en campagne électorale ce week-end et font des commentaires. En rentrant, on soupe en famille et ils me disent que j'ai pris des couleurs aujourd'hui, en raison je pense du soleil qu'il a fait durant le stand. C'est très bien: cela me fait ressembler plus à notre affiche du second tour !

Vendredi 1er avril
L'après-midi, sur la lancée du Poisson d'Avril, longue séance avec notre mandataire. Elle devait durer trois heures, elle en durera finalement plus de cinq !

Jeudi 31 mars
La séance de Municipalité est peu fournie en objets, mais il y a, comme d'habitude, pas mal de divers. J. Christen arrive avec des tas de choses à régler au dernier moment, se faisant le porte-parole de gens qui semblent s'être adressés à lui. Cela s'inscrit dans le zèle extrême qu'il a promis pour sa prochaine législature lors du débat du 2e tour...
En fin de matinée, je passe dans le bureau qui enregistre les enveloppes pour connaître le taux de participation. Mercredi, il était d'un peu plus de 20%, légèrement en retard par rapport à 2006 au second tour. Mais on reçoit plus de 500 enveloppes par jour, et on peut penser qu'on sera également à plus de 4'000 enveloppes dimanche au moment du dépouillement. Il n'est donc pas certain qu'il y ait une baisse de la participation par rapport au 1er tour, alors que cette baisse avait été de près de 5% en 2006.

Au Conseil communal du soir, la fièvre électoraliste est un peu retombée. Il n'y a que cinq objets déposés, plusieurs en relation avec l'actualité plus qu'avec les élections, à mon sens. Il y a quelques escarmouches électorales cependant, notamment une déclaration d'un PLR au moment du dépôt des crédits complémentaires. L'un de ces crédits concerne le mandat donné pour la Halle Inox, et un non-candidat PLR profite de l'occasion pour exprimer son opposition avec l'action de la Municipalité sur ce point. En fin de séance, un autre PLR pose la question de savoir pourquoi on a choisi Nelly Wenger, et je lui réponds tout à fait factuellement.
Sur cet objet, il faut relever que le Régional, qui avait fait paraître un article scandaleux la semaine précédente, en remet une couche ce jeudi avec l'annonce que Nelly Wenger a trouvé un projet, axé sur le chocolat, créé par Jean Nouvel et financé par Nestlé, avec la construction d'une tour de 140m et l'intégration au sommet du cube qui se trouvait à Estavayer lors de l'Exspo 02 ! C'est en réalité un poisson d'avril £(on est le 31 mars et c'est un hebdo), assez bien fait car il décrit correctement le mandat qui a été donné, mais sans aucun fondement naturellement quant aux pseudo-concrétisations déjà produites. En tout cas, cela a passé pour une information crédible, puisqu'une conseillère expérimentée du PLR vient en début de séance pour me dire: "J'avais l'intention de faire une intervention fâchée contre le mandat confié à Nelle Wenger, mais quand je vois ce qu'elle a réussi à monter, je ne peux que te dire que je suis très satisfaite et que je te félicite." Je n'ai pas voulu la détromper tout de suite, mais c'est ensuite son Groupe qui l'a ramené à la réalité, certains d'entre eux étant morts de rire !
Il n'empêche que cet article illustre deux choses: un projet tel que présenté, même s'il est hautement fantaisiste quant à ses investisseurs et son profil, serait parfaitement acceptable par la droite si on arrive à monter quelque chose de réaliste d'ici quelques mois. La seconde chose, c'est ce que j'ai entendu samedi matin au marché, à savoir qu'un projet tel que présenté serait reçu de manière très hostile par les gens sensible à l'urbanisme et à l'environnement. Il s'agira de faire attention le moment venu à bien pondérer les deux aspects, rentabilité/réalisme d'un côté, urbanisme maîtrisé de l'autre. 

 

Lundi 28 mars
Durant le week-end, le PLR a continué à poser des masses d'affiches, continuant sur sa lancée. Sur certaines, il affirme des slogans positifs et des propositions (qu'on aurait attendues avant que les carottes ne soient cuites avec le 1er tour !), et sur d'autres il répand des mensonges sur les intentions des partis majoritaires. C'est assez puéril et illustre bien la panique dans laquelle se trouve la droite face à l'idée d'être complètement éjectée de la Municipalité. Certains étaient d'avis de répliquer, de rétablir la vérité par des lettres de lecteurs, mais on sait que cela n'a guère d'utilité. En vaudois, on dit: "Qui s'excuse s'accuse". Le mieux serait de diffuser le slogan ironique qu'a trouvé Marcel: "Pour un avenir Clément, votez Rivier" ! Cela aurait pour conséquence que les membres du PLR prennent conscience que l'enjeu est le maintien d'un siège et non la conquête d'un deuxième, et qu'ils choisissent celui des deux qu'ils estiment le mieux accepté par la population. Au terme du 1er tour, on a bien vu que c'est Rivier. Mais l'humeur doit être morose à droite, avec l'UDC très fâché de ne pas avoir été pris sur le ticket et des PDC démoralisés par leur échec cuisant.
 
Parmi les autres reproches faits à la future majorité gauche-centre, le PLR dit que nous n'avons pas de solution aux problèmes de circulation, mais pas plus que lui, ce qui montre bien que, pour Clément et cie, ces problèmes ne proviennent pas de la présence de voitures toujours plus nombreuses ! Proposer plus de parkings, ce n'est pas résoudre les problèmes de circulation.
Un autre reproche, c'est celui de vouloir fermer l'avenue de Gilamont à la circulation dans les deux sens. C'est un mensonge tout à fait patent, puisque la Municipalité a refusé cette proposition qui était contenue dans le projet de PMU. Et pourtant notre Municipale libérale le leur a dit, mais ils n'ont pas voulu en tenir compte ! S'ils n'ont plus de Municipal lors de la prochaine législature, cela ne changera pas grand chose puisqu'ils ne croient pas ce qu'elle leur dit...


Voilà deux des affiches mensongères du PLR. La Municipalité n'a jamais eu l'intention de rendre tous les parkings payants jusqu'à 22h, puisque cette mesure était justement destinée à marquer la différence de la Place du Marché avec le reste du parcage de surface à Vevey. Ce que nous voulions, c'était avoir un parallèle entre le tarif de la Place du Marché et du Panorama, ce qui est le cas maintenant. Quant à la suppression de 360 places, c'est naturellement le même genre de bobard. C'était l'intention du Conseil de 2001, largement dominé par la droite, qui voulait un parking souterrain de 280 places et 60 en surface, c'est-à-dire 360 places de moins. La Municipalité a scrupuleusement respecté ce mandat et c'est le Conseil qui s'est opposé à tout parking souterrain. On reparlera de suppression de places lorsqu'une solution en parking souterrain aura été réalisée, comme l'agrandissement du Panorama que propose le PS et qui pourrait être entrepris beaucoup plus vite que les autres solutions des partis.
Le pathétique de ces affiches, c'est que c'est un appel à voter PLR, comme si cela pouvait changer quelque chose à ce fait évident: le PLR sera de toute façon minoritaire. Le slogan correct devrait donc être: "Même avec Rivier et Clément à la Municipalité...". Si la Municipalité décide de faire les choix que ces affiches évoquent, ces deux malheureux PLR ne pourront rien y changer.

Lundi soir, nous avons une petite séance de la ComElec, mais je dois me faire excuser car j'ai en même temps (et juste à côté) le repas du Service Finances-Gérances. Nous sommes allés visiter l'EPFL l'après-midi, en particulier le musée Bolo et le Learning Center. Pour la ComElec, la campagne suit son cours gentiment et nous finirons avec un stand le 2 avril, le dimanche voyant à nouveau notre stamm prendre place au caveau Scanavin.

Samedi 26 mars
Je suis au rendez-vous pour sortir le matériel du stand, mais Marcel et moi ne pouvons pas rester car nous devons une délégation internationale intéressée par l'engagement du SIGE en faveur de l'aide au développement et de l'accès à l'eau potable. Cela nous prend toute la matinée, et nous devons donc laisser les camarades tenir le stand. Comme il fait beau, cela ne doit pas être trop stressant. On continue à développer l'offre originale aux électeurs qui viennent nous rencontrer, Yvan ayant annoncé qu'il préparerait des bricelets.
Durant l'après-midi, j'assiste au baptême d'un nouveau bateau - un Huit - au club de l'Aviron, à l'occasion de l'ouverture de saison. Je dis quelques mots au nom des communes qui ont mis de l'argent pour l'achat de ce très beau bateau. J. Christen avait annoncé qu'il viendrait aussi, mais il n'est pas là.
Ensuite, dès 19h, nous sommes accueillis (les trois candidats socialistes plus le couple Jerbia) pour la Fête des Albanais à la mosquée. C'est une occasion très intéressante pour nous de rencontrer cette communauté. J'en profite pour rappeler que le taux de participation des étrangers, au 1er tour, n'a été que de 23,5%, alors qu'il avait été de 28% en 2006. C'est d'ailleurs un problème que nous devrons revoir, car il est évident que le réflexe du vote (de l'élection) n'est pas encore entré dans les habitudes des migrants. Il faudra à nouveau que la commune fasse une campagne de sensibilisation à l'avenir.

Vendredi 25 mars
Le matin, je vais chercher les tracts et je les répartis, durant l'après-midi, aux porteurs, en leur demandant de faire leur distribution avant le week-end. Je pense en effet que beaucoup d'électeurs profiteront de ces deux jours pour réflechir à leur choix et remplir leur enveloppe de vote. Malheureusement, je sais que ce ne sera pas le cas pour tous les porteurs, alors que les documents ont déjà été envoyés aux électeurs depuis mercredi.
Le soir, je prends un bain de nostalgie en participant à l'EPFL à la soirée commémorative des 10 ans du Musée Bolo, qui conserve les anciens ordinateurs. C'est l'occasion d'écouter des conférences intéressantes et de voir jouer d'anciens jeux des années 1970/80.

 

Le PLR a repris ses constructions en carré pour présenter toutes ses affiches en format réduit. C'est une bonne occasion de prendre note des démarches que la Municipalité pourra entreprendre avec son appui lors de la prochaine législature: une place de garderie pour chaque enfant, un forfait de transport dans toute la région pour Fr. 2.-, des résidences pour les Veveysans âgés, des emplois pour tous. Cela devrait faire un bon programme de gauche, qui va certes coûter pas mal d'argent mais tant pis, puisque le PLR le veut, on s'y résoudra... Quant à la conscience écologique de droite, comme elle cohabite sans difficulté avec les parkings de 1'000 places envisagés, on peut en déduire immédiatement de ce que signifie "écologie" pour un PLR: faire en sorte qu'on ne voie pas les voitures !

Jeudi 24 mars
Journée consacrée aux longues séances: le matin avec la Municipalité, l'après-midi avec le Conseil de Romande Energie. Ensuite, séance du Comité de la SDV, où l'on se noie un peu dans un verre d'eau alors que les bénévoles sont pleins d'enthousiasme.
Ensuite, je vais au spectacle des Trois-Quarts, une jolie pièce pleine de jolies filles... Mais c'est aussi l'occasion d'apporter encore une fois mon appui à cette structure semi-professionnelle, dont j'aimerais bien pouvoir assurer l'avenir. En effet, le PPA de la gare des marchandises va bientôt être accepté et cela signifie à moyen terme la démolition du bâtiment où se trouve le théâtre des Trois-Quarts. Nous avons deux pistes à explorer pour les reloger.
Avant le 1er tour, le metteur en scène Wursten avait relevé ironiquement qu'il n'avait jamais vu autant de candidats dans son théâtre... Je ne sais pas si ceux qui s'étaient forcés d'aller au théâtre avant le 1er tour auront eu le courage de faire encore une fois cet effort !

Mercredi 23 mars
Alain Gonthier nous transmet une superbe analyse du vote du 1er tour, avec les évaluations des reports et des projections pour le second tour. C'est très intéressant et je le mettrai en annexe de ce texte après le second tour !
L'imprimerie m'annonce que les tracts sont disponibles, mais je n'ai pas le temps de faire la distribution aux porteurs, donc j'irai les chercher vendredi matin.
Le Régional publie un article très orienté à propos de la Halle Inox, en insistant surtout sur le mandat donné par la Municipalité à Nelly Wenger pour trouver des investisseurs disposés à concrétiser un projet de centre d'excellence. L'article est tout particulièrement insultant pour Mme Wenger, présentée comme une habituée de l'échec, nulle et incapable. C'est à croire que les journalistes de ce gratuit ne connaissent plus le sens des mots. Mais ce n'est pas la première fois qu'ils font passer le sensationnalisme avant l'éthique.
Le soir, la Municipalité a la Commission des finances. La séance dure très longtemps, en particulier à cause de la demande de crédit complémentaire pour l'étude sur la Halle Inox. Je constate que J. Christen devient très nerveux plus la séance se prolonge, et il explique qu'il doit assister à une assemblée à 20h15. Il s'agit de l'assemblée annuelle de l'ASLOCA Vevey, où il doit considérer qu'il est très important d'être vu... Finalement, il part dès que son sujet est passé et se propose d'annoncer que je serai également en retard à l'ASLOCA.
Lorsque j'y arrive, je me rends compte que c'est effectivement parmi les locataires que les attentes sont les plus fortes, et les besoins les plus importants, vis-à-vis du politique, et en particulier des socialistes. Très habilement, le co-président Nicolas Mattenberger me donne la parole pour pouvoir présenter la démarche de la Municipalité avec l'ouverture de la structure Apollo, destinée à aider les locataires menacés d'expulsion.

Lundi 21 mars
Je confirme à Madeleine que le tract n'a pas suscité d'opposition et qu'on peut faire la commande pour les 11'500 qu'on va distribuer tous ménages.
En ce qui concerne les autres partis, les nouvelles affiches sont sorties. Il n'y a pas de grande surprise pour les Verts (reprise de la photo de la candidate sur son vélo), le Décroissant (élégante surcharge transparente) et Vevey Libre (photo grand format de J. Christen). Pour ce dernier, il a un regard sardonique qui ne sera pas forcément ressenti comme amical...
La grande surprise, c'est les premières affiches du PLR: il semble que leur campagne est construite à l'envers. Avant le 1er tour, ils avaient affiché uniquement les photos des candidats et un slogan bateau, estimant que leur seule présence était capable de leur valoir les suffrages des électeurs. Maintenant que l'échec est consommé, que leur liste à deux candidats les condamne à un statut de minoritaire même si les deux devaient passer, ils font une campagne de thèmes avec des propositions directement tirées du programme socialiste !
Le PLR continue à dépenser sans compter, avec de nombreuses affiches diverses, et à chaque fois montées par leur graphiste de campagne. Mais cela ne compensera pas la grave erreur stratégique faite dans le montage de leur campagne, qui n'a pas fait de propositions concrètes au 1er tour.

Samedi 19 mars
Nous tenons le stand, et c'est la première fois de toute la campagne que nous avons un peu de pluie. Nous distribuons notre nouveau tract, dont j'ai fait tirer 500 exemplaires provisoires en attendant d'avoir le tirage complet. Il est vraiment intéressant par les voies de réflexion qu'il apporte, et Madeleine a eu une jolie trouvaille en prenant, pour tenir les cartes, la main du logo du PSV.
Nous sortons également deux panneaux portant les nouvelles affiches. A cette occasion, nous nous rendons compte que les couleurs ont viré, et que nos visages sont très roses. Apparemment, c'est le foulard d'Annick qui a déteint ! Le résultat final n'est pas terrible, mais on n'y peut pas grand chose.
Ce matin, le SIGE a organisé une action de solidarité avec les populations ne bénéficiant par de l'accès à l'eau potable. Mais Marcel et moi ne pouvons aller y participer, car nous considérons qu'il est plus important d'être au stand.
L'après-midi, nous allons poser nos 20 affiches nouvelles, Marcel et moi, ce qui nous prend deux bonnes heures.

 

 

 

Voilà l'affiche rosâtre que nous avons posée pour le second tour. Mais, finalement, nous étions assez ressemblant lorsque nous sommes allés à La Télé au soir des élections, car nous avions tous pris un début de coup de soleil le matin du 3 avril au stand !

Vendredi 18 mars
La matinée est consacrée à un joli projet solaire dans lequel la Ville va s'engager. Ce n'est pas directement en relation avec la campagne, mais c'est à coup sûr un élément qui s'inscrit bien dans notre programme électoral.

Le soir, nous avons le débat à La Télé, en vue du second tour. Comme il y a en même temps à Beaulieu Habitat et Jardin, nous y allons en train et bus, les trois candidats socialistes, ce qui s'avère très pratique. L'ambiance est beaucoup plus décontractée que lors du 1er débat, en tout cas pour les socialistes ! Les journalistes, vu que les forces sont déséquilibrées, ont organisé deux tables successives. La première regroupe Jérôme Christen, Elina Leimgruber, Etienne Rivier et moi, la seconde Marcel Martin, Annick Vuarnoz, Pierre Clément et Yvan Luccarini. J'ai le sentiment, au début, qu'il y a une volonté de donner une place supplémentaire au PLR, en opposant celui que je pense être le meilleur débatteur (Clément) à des adversaires moins aguerris (Marcel est considéré comme quelqu'un de placide, Annick est nouvelle et Yvan n'est en principe guère habitué aux débats politiques). D'un autre côté, j'ai le sentiment que Rivier a en quelque sorte été "sacrifié" dans le "groupe fort".
Dans le premier débat, nous avons beaucoup plus d'espace que lors du débat du 1er tour pour exposer nos idées. Nous n'avons d'ailleurs pas de cadre rigide pour traiter une série de sujets, les journalistes ayant cette fois imaginé beaucoup plus un échange ou une confrontation d'idées qu'une séries d'exposés juxtaposés.
Cela donne effectivement un débat beaucoup plus intéressant, à mon sens, et même pour nous, c'est plus valorisant que lors du 1er tour. Par contre, je suis très surpris de voir, dès le début des échanges, J. Christen se comporter de manière très agressive avec E. Rivier. Et ma seconde surprise est de voir celui-ci résister en utilisant la technique de Georges Marchais, "laissez-moi finir, je ne vous ai pas interrompu, c'est mon tour de parler, etc". Le candidat VL s'entête et se comporte de manière surprenante, comme s'il voulait à toute force faire comprendre au public qu'il a fait des tas de choses. C'est d'ailleurs l'angle de plusieurs de ses déclarations: il semble s'excuser de n'avoir pas consacré assez de temps aux relations avec la population et s'engage à faire mieux lors de la prochaine législature. Je pense que son équipe de campagne a dû lui dire que des électeurs ont fait des commentaires négatifs sur son peu de présence dans les associations et les événements locaux.
Je me rends compte que cela dérape et je me contente de demander aux journalistes un droit de réponse sur les points abordés par notre collègue libéral, et cela me donne l'occasion de faire une explication arithmétique simple sur le coût de la place de parc dans les parkings envisagés par le PLR.
Le temps passe vite, nous avons rapidement utilisé les 28 minutes de ce débat et nous sortons en faisant le constat que le débat a été plus équilibré que prévu. Ce sera d'ailleurs la même chose pour le second débat, où le croquemitaine libéral se comporte avec beaucoup de réserve, très "pastoral", alors que nos deux socialistes arrivent très bien à revenir sur certains points et à corriger des déclarations fausses. Quant au Décroissant, il suscite visiblement l'intérêt des journalistes - et d'une partie des électeurs, on l'a vu - mais il a un peu de peine à donner des réponses très concrètes lorsqu'il est talonné par les interviewers. Au final, ce double débat du 2e tour aura été intéressant pour les participants, moins stressant que lors du 1er tour, et j'espère que les téléspectateurs auront été aussi nombreux.

 

Après le débat, nous rentrons en train les trois socialistes et Yvan. En arrivant à Vevey, quelqu'un propose d'aller boire un verre, et je profite pour les amener au caveau Saint-Martin où le folk-club organisait une soirée irlandaise pour la Saint-Patrick. Il y a de la musique dans tous les coins, c'est sympa, et Yvan se fait un fan d'un nouvel électeur allemand qui vient de recevoir son bulletin de vote.

 

Jeudi 17 mars
En fin de matinée, Marcel va chercher à l'imprimerie les surcharges à poser sur les affiches déjà en place. Il m'annonce que les affiches seront disponibles en fin d'après-midi. Comme il a plu ce jour, il n'est pas possible de poser immédiatement les affiches alors que nous avions prévu de le faire ensemble durant l'après-midi.
Je passe avant 18h à l'imprimerie pour prendre les affiches et je les pose au local de collage. Il est prévu que PAF vienne les coller avec Musa vendredi et on pourra les prendre samedi lorsqu'elle seront sèches.
Le soir, je participe à deux vernissages, et en particulier celui à l'ex-EPA. Elle réunit plusieurs jeunes artistes, dont plusieurs Veveysans. C'est un milieu que je commence à bien connaître, surtout parce que je discute parfois avec des amis de mes fils qui font partie de ces jeunes créateurs. De plus, deux d'entre eux ont accepté d'être sur la liste socialiste au Conseil et l'un d'eux a été élu.
On constate d'ailleurs que ce vernissage attire les candidats de gauche à la Municipalité ainsi que Jérôme.

Mercredi 16 mars
Je dois donner le bon-à-tirer pour les listes avant 8h. Comme nous avions eu un problème avec la liste Conseil du 1er tour, je la relis très attentivement, mais c'est en ordre. C'est déjà un soulagement: les documents sont envoyés à l'imprimerie.
Le soir, nous avons une séance stratégique de coordination avec toutes les formations de gauche de Vevey plus les centristes. Il est un peu difficile de trouver un local, car le premier caveau où nous avons rendez-vous est déjà occupé, et le second est réservé à partir de l'heure où nous commençons notre réunion. Finalement, on se rabat sur une salle de l'Hôtel-de-Ville.
On s'explique sur le pourquoi de la décision des socialistes de ne pas solliciter un accord formel et une liste commune. Visiblement, certains ne sont pas très satisfaits de notre volonté de proportionalisme... Mais, finalement, notre tract semble satisfaire tout le monde, sa position étant à la fois modérée pour le grand public et suffisamment claire pour ceux qui s'intéressent à la politique locale.

Mardi 15 mars
J'ai demandé à Marcel de m'avertir lorsque la liste aura été déposée, car je suis toujours nerveux lorsque ce type d'échéance arrive. Il m'annonce que c'est fait à 9h. A midi, alors qu'il a participé au tirage au sort et que nous avons la Liste No 5, il me confirme que sont candidats nos trois socialistes, Yvan Luccarini, Elina Leimgruber, Jérôme Christen et deux candidats PLR seulement, Pierre Clément et Etienne Rivier. Je suis très étonné, car cela signifie que la droite a définitivement renoncé à reconquérir la majorité, et qu'elle n'a même pas imaginé d'utiliser la seule arme qui leur aurait permis de le faire, à savoir faire une liste à 2 mais en mettant 1 UDC et 1 PLR. Pour nous, c'est la certitude d'ores et déjà que nous allons passer un second tour tranquille !

En échaffaudant des hypothèses, on se rend compte que la droite est paniquée à l'idée d'être totalement exclue de la Municipalité et veut uniquement sauver 1 siège. Mais ils ont vraiment tout faux en alignant 2 candidats. Car il est évident que les électeurs ne sont pas dupes et qu'ils savent que la droite n'a pas de chance d'avoir deux élus. Donc, les électeurs feront d'eux-mêmes le choix et traceront l'un des deux, afin de favoriser celui qu'ils préfèrent.
La conséquence sera certainement un affaiblissement de chacun des deux candidats PLR, et cela ouvre un boulevard pour le candidat Vevey Libre, qui devrait passer dans un fauteil ! Si c'est le cas, on pourra dire encore une fois que le PLR (on le disait autrefois uniquement pour le PRD) est vraiment nul sur le plan stratégique. Comme ils sont déjà pas du tout à l'écoute de la population, cela ne leur laisse guère d'espoir de survie...

 

Lundi 14 mars
Je passe la matinée à boucler le travail en retard et à contrôler que les résultats figurent sur le site de Vevey, puisque le site du canton est assez lamentable cette fois pour faire des analyses. L'après-midi, je fais deux tournées avec Marcel pour ramasser les panneaux qui ne comportent pas les affiches de la Municipalité. Je pense en effet proposer de mettre une simple surcharge sur ces affiches pour le 2e tour, tout en faisant également une nouvelle affiche à mettre sur les panneaux que nous avons rentrés.
Dans l'après-midi, je reçois un mail du décroissant, qui évoque une possibilité de collaboration pour le 2e tour. Je lui réponds un immense mail, très explicatif voire didactique, que je mettrai dans ces documents à titre de documentation. Mais j'attendrai que le 2e tour soit terminé, car il y est beaucoup question de stratégie et de tactique...

Le soir, nous avons une séance de la ComElec à laquelle participent une bonne douzaine de membres. Nous y fixons notre ligne de campagne, en particulier nous déterminons le slogan du 2e tour et le type de document que nous allons distribuer tous-ménages. Il y a une discussion assez longue sur mon projet de tract, en particulier quant à la manière dont nous devons faire comprendre notre position implicite ! Les décisions définitives sont prises quant aux commandes à passer aux graphistes et aux imprimeurs. Le soir même, j'envoie le fichier pdf de la nouvelle affiche à l'imprimeur, qui doit me les fournir pour jeudi midi.

 

Powered by quicksite v 3.9.9j  © 2002-2019 All rights reserved
Logo

Accueil Famille

No Keywords