Intégration des étrangers

Lorsque je suis entré en fonction en 2001, les Services sociaux pilotaient un projet mené par Jean-Pierre Boillat et visant à faire un état des lieux de l'intégration des étrangers. Il faut dire que la ville disposait depuis 1996 déjà d'une commission de l'intégration, mais que la Municipalité voulait se donner des lignes d'action pour aller plus loin.

Sur la base du rapport déposé par JP. Boillat en juin 2001, j'ai soumis à la Municipalité une programme d'action en 5 axes très concrets:
- naturalisation: information systématique pour augmenter le nombre de dossiers
- culture: intégration par le soutien aux cultures étrangères et le contact entre cultures locale et allophones
- école: information des parents, traductions, médiatrice
- statistiques: meilleure connaissance de la population
- accueil: amélioration de la réception des nouveaux habitants.

En quelques mois, pratiquement tous ces axes ont pu être exploités d'une manière spectaculaire. Ceux qui veulent des informations peuvent regarder directement sur le site Vevey.ch.
L'effort qui m'a le plus tenu à coeur a été l'étude faite sur le quartier de Gilamont, qui avait tous les risques pour devenir un ghetto. L'analyse effectuée par l'association Appartenances, qui nous a coûté 150'000 francs, a été très fructueuse et s'est traduite par de nombreuses actions efficaces:
- réaménagement des alentours des tours (réfection des jeux, peintures, éclairage, remplacement des containers par des moloks)
- limitation de la vitesse dans la boucle de Gilamont pour protéger le passage pour piétons
- cours de français pour les mamans musulmanes et accord avec la Jouerie de Gilamont pour accueillir les enfants pendant ce temps
- cours de médiation pour les concierges
- contacts avec les animateurs du RKC pour régler les problèmes de bruit
- mise en place de filières de contact entre habitants du quartier et services communaux.

En été 2005, nous avons lancé une démarche similaire pour l'av. Général-Guisan, qui connaît une situation un peu similaire. Le rapport final est attendu pour fin mars 2006, et il comprendra lui aussi des mesures concrètes.

La commission pour l'intégration des étrangers, qui a été renommée commission des activités multiculturelles, réunit des représentants des partis et des communautés étrangères, et joue un rôle actif dans certaines opérations. C'est d'elle qu'est venue l'idée du bus d'information électorale qui a été mise sur pied en janvier-février pour informer les électeurs étrangers sur la procédure de vote.

Les objectifs encore à venir, outre le rapport Guisan que nous attendons, est la mise en oeuvre d'un accueil pour les étrangers dans le cadre du guichet unique que le Greffe aimerait créer au rez-de-chaussée de l'Hôtel-de-Ville. Les Services sociaux ont été dépossédés de ce projet parce qu'il devait servir l'ensemble de la population, mais nous avons une composante à assumer. C'est pour cela que nous avons à notre budget un montant destiné à assurer la présence d'interprètes au guichet unique.

Différents projets sont toujours développés par des associations en collaboration avec les Services sociaux, et nous sommes autorité de recommandation pour la Commission fédérale des étrangers. Celle-ci finance d'ailleurs une partie des activités communales en matière d'intégration: rencontre multiculturelles à la bibliothèque, journées de sensibilisation multiculturelles dans les garderies, bus d'information électorale, etc.

Avec l'octroi des droits politiques communaux à une grande partie des étrangers (environ 30% d'électeurs en plus en 2006 !), ceux-ci auront la possibilité de décider de plein droit, au sein du Conseil communal, de nouvelles actions d'intégration. Je me réjouis de pouvoir collaborer avec eux comme je l'ai fait au sein de la commission de l'intégration. 

Powered by quicksite v 3.9.9j  © 2002-2019 All rights reserved
Logo

Accueil Famille

No Keywords